archives.volcreole.com
Les archives de Volcreole: le site de référence des Dom-Tom !



ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê


Accueil » Forum » ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê

Auteur: Annonces
Sujet: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê

Auteur: ju91rnb
Date: 18 Nov 2002 10:01
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Coup de gueule toujours sur l'automobile mais bon ?....


ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait être maman
Depuis mai dernier, au moins quinze piétons ont été tués et de nombreux autres grièvement blessés par des conducteurs irresponsables. Samedi à Denain, Marylène Lebrun, une jeune femme enceinte, a été fauchée par un chauffard.




Marylène Lebrun, 25 ans, a été mortellement fauchée par un chauffard ivre. Son fils Christopher, 3 ans, dont la poussette a été traînée sur plusieurs mètres, souffre d'un traumatisme crânien. (LP/SAM DUBLIN .)
MARYLÈNE Lebrun, 25 ans, enceinte de six mois, devait accoucher d'un petit garçon au mois de février prochain. Elle a été fauchée par un automobiliste ivre, samedi en début d'après-midi, à Denain (Nord) alors qu'elle se rendait chez des parents. Son fils, Christopher, 3 ans, traîné par la voiture folle, a été très sérieusement blessé. Par miracle, le père, Mickaël, 25 ans, qui poussait son vélo, quelques mètres devant sa famille, a été épargné. « C'était une bonne mère qui se consacrait entièrement à son fils et à son compagnon. Ils s'étaient connus au mariage de mon frère Jean-Michel », raconte, la voix éteinte, Angélique Lebrun, la petite soeur de Marylène, la quatrième d'une famille de sept enfants, quatre garçons et trois filles. Une famille modeste de Denain dont le père, Georges, est en contrat emploi solidarité au lycée de Valenciennes. « Elle n'a rien vu venir car le chauffard les a fauchés dans le dos. Elle a poussé un cri et elle est tombée dans le coma, continue Angélique, choquée. Cet homme a tué deux fois. Ma soeur et l'enfant qu'elle portait. »
« On ira jusqu'au bout... » Marylène Lebrun et Mickaël Leduc avaient quitté vers 14 heures leur domicile du faubourg du Château, à Denain, pour se rendre dans la commune voisine, à Doulchy-les-Mines, passer le week-end chez les futurs beaux-parents, comme ils le faisaient d'habitude. Comme tous les samedis, la famille emprunte le boulevard Charles-de-Gaulle qui relie Denain à Doulchy. Mickaël, handicapé, a malgré tout pris son vélo et marche sur la piste cyclable à cet endroit privé de trottoir. Quelques mètres en arrière, Marylène suit, son fils Christopher, à peine 3 ans, installé dans sa poussette. A 14 h 10, une Renault 11 bleue, conduite par Michel P..., 43 ans, originaire de Denain, surgit dans cette ligne droite. Son conducteur est ivre et zigzague sur la route. Il se déporte sur la droite, fauche la jeune femme et accroche la poussette de l'enfant qui sera traînée sur plusieurs mètres. Le chauffard revient sur la route et s'immobilise quelques mètres plus loin. A l'arrivée des pompiers et du service médical d'urgence de l'hôpital de Valenciennes, la jeune mère a déjà sombré dans le coma et est victime d'hémorragies internes. Son garçon, lui, souffre d'un traumatisme crânien et de nombreuses plaies au visage et à la tête qui nécessiteront plusieurs opérations de chirurgie esthétique. Transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lille, Marylène est morte dimanche matin à 2 h 30 ainsi que l'enfant qu'elle portait. « L'alcool a encore tué. Ce chauffard ne peut s'en tirer comme cela. On ira jusqu'au bout... » souffle encore Angélique qui veut « obtenir justice ». Le chauffard, placé en garde à vue au commissariat de Denain, avait 1,28 gramme d'alcool par litre de sang au moment de l'accident. L'homme, encore embrumé par le repas de samedi midi trop arrosé, est resté presque indifférent au drame qu'il venait de provoquer, s'inquiétant d'emblée de l'avenir de son travail. Michel P... devrait être présenté aujourd'hui au parquet de Valenciennes pour être mis en examen.

Jean-Marc Ducos
Le Parisien , lundi 18 novembre 2002

Auteur: DJ SparK
Date: 18 Nov 2002 15:14
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Tiens pour une fois c'est pas un jeune dans une puissante GTI avec du Cannabis dans le sang et une casquette sur la tête... C'est suspect ça ! Il y aurait-il d'autres irresponsables sur la route ?

Auteur: mangoisa
Date: 18 Nov 2002 16:33
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê

Auteur: AngelSword
Date: 18 Nov 2002 21:09
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
ça me fou!! en rage!!!ces alcolo' aux volant!

Auteur: foxybrown70
Date: 18 Nov 2002 21:12
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
C'est rageant!! Dramatique!! Horrible de finir sa vie assasinée par un chauffard.
Personnellement je suis partisante de durcir la législation et de criminaliser beaucoup plus les délits sur la route. Et même introduire l'idée de préméditation surtout concernant ceux qui dépassent les limitations de vitesse en centre ville!!!! qui boivent, qui fument, qui font des "tirages"...ect !!! A tous ces fous du volant, à tous ces frustrés du volant qui se prennent pour des as du volant et pensent toujours qu'ils contrôlent la situation!!! Patate!!
D'ailleurs, J'ai horreur de cette expression journalistique : "la route a encore tué" ça ne veut rien dire!!!!



Foxybrown

Auteur: DJ SparK
Date: 18 Nov 2002 21:31
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
foxybrown70 a écrit:
qui font des "tirages"...ect !!! A tous ces fous du volant, à tous ces frustrés du volant qui se prennent pour des as du volant et pensent toujours qu'ils contrôlent la situation!!! Patate!!


Evite de mélanger les torchons et les serviets stp...

Auteur: mangoisa
Date: 18 Nov 2002 23:03
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Un chauffard oui ...mais de la a dire qu il etait ivre avec 0.60 d'alcool faut pas pousser ....

Auteur: DJ SparK
Date: 18 Nov 2002 23:16
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
ju91rnb a écrit:
Le chauffard, placé en garde à vue au commissariat de Denain, avait 1,28 gramme d'alcool par litre de sang au moment de l'accident. L'homme, encore embrumé par le repas de samedi midi trop arrosé, est resté presque indifférent au drame qu'il venait de provoquer, s'inquiétant d'emblée de l'avenir de son travail. Michel P... devrait être présenté aujourd'hui au parquet de Valenciennes pour être mis en examen.


C toi qui est à 0,6 g Mango et tu n'arrive même plus à lire droit...

Auteur: mangoisa
Date: 18 Nov 2002 23:37
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
si si j'ai lu bien droit !

J'ai entendu 0.6 aux infos se soir.....d'ou mon post .....
Alors 1.28 ou 0.6 ????


Auteur: colchique
Date: 18 Nov 2002 23:46
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
moi aussi j'ai entendu 0.6g ce soir.
mais de toute façon 0.6g ou 1.28g ca change pas grand chose puisqu'il y a des morts.
alors entre boire et conduire, il faut choisir!

Auteur: mangoisa
Date: 19 Nov 2002 00:10
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
c'est clair ca change pas grand choses , ils sont mort ....
Mais plutot que de dire l'alcool a tué , c'est plutot l'homme , le chauffard , l'alcool serait une trop bonne excuse ...

Auteur: klod
Date: 20 Nov 2002 04:31
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
mangoisa a écrit:
Un chauffard oui ...mais de la a dire qu il etait ivre avec 0.60 d'alcool faut pas pousser ....


L'alcool est responsable de plus de 30% des accidents mortels de la circulation. De plus, le seuil maximal d'alcoolémie toléré au volant est de 0.5g en France, soit un grand verre de vin pour une femme ou deux grands verres pour un homme.

Ivre, ça dépend de sa capacité à tenir l'alcool. Moi qui n'ai jamais bu, si tu me donnes une bière je suis out!
Il faut que les buveurs prennent conscience, mais y'a des espèces de con!

Auteur: AngelSword
Date: 21 Nov 2002 14:37
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Ont devraient tout simplement interdire l'alcool aux volants!

Auteur: klod
Date: 22 Nov 2002 01:34
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
AngelSword a écrit:
Ont devraient tout simplement interdire l'alcool aux volants!


Eh c'est pas les volants qui boivent!!! Ou alors aux poissons volants! mdrrlol

Auteur: Fat-TO
Date: 22 Nov 2002 05:36
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Je trouve que l'idée de faire passer, tout les conducteurs conduisant dans un état débriété, un exposé sur l'alcool au voalnt.... ça les montre les dégats qu'ils peuvent engendrer quand ils sont soul!!!

tony, le montpelliérain...

Auteur: Rauni
Date: 22 Nov 2002 15:09
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Qu'est ce que ca changerait?

Ca fes des decennies que l'on passe des spots et autres supports d'information sur le thème: L'alcool au volant.

0.5, c'est peu et trop en même temps. Tout dépend de celui qui boit. Moi aussi, un petit verre de planteur me fait "planer".

Donc, c'est pas l'alcool qui est responsable, mais l'individu qui boit, et qui devrait connaitre ses limites.

Plutot que de depenser les millions d'euros en campagne d'information, on devrait plutot construire des prisons ou autre chose qui ferait comprendre à toute cette bande de cons qui font c.... leur monde en se croyant préservé de tout accidents.

Auteur: ju91rnb
Date: 22 Nov 2002 16:04
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
Fat-TO a écrit:
Je trouve que l'idée de faire passer, tout les conducteurs conduisant dans un état débriété, un exposé sur l'alcool au voalnt.... ça les montre les dégats qu'ils peuvent engendrer quand ils sont soul!!!

tony, le montpelliérain...


de même pour les branleurs des cite on devrait leur faire faire un stage dans la police ...

Auteur: ju91rnb
Date: 25 Nov 2002 15:44
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
un article encore sur les problem de la route :

Les Français refusent de voir en l'alcool le principal danger sur les routes
Une étude réalisée sur plus de 500 000 accidents, entre 1995 et 1999, montre qu'une alcoolémie supérieure au taux légal de 0,5 g/l multiplie par 4 le risque d'accident et par 50 celui de se tuer au volant les nuits de week-end. Des associations craignent un recul de l'action gouvernementale.
L'alcool , ce n'est pas une surprise, fait des ravages sur les routes de France. Mais, pour la première fois, une étude systématique, publiée lundi 25 novembre par La Revue du praticien - Médecine générale, analyse plus de 500 000 accidents survenus entre septembre 1995 et décembre 1999, et tente de mesurer statistiquement l'influence de l'alcool.


Elle démontre qu'une alcoolémie supérieure au seuil légal de 0,5 g/l de sang multiplie par 4 le risque d'avoir un accident, par 50 celui d'avoir un accident mortel les nuits de week-end. Pourtant, selon un sondage rendu public le 13 novembre par la Prévention routière, les Français ne se doutent toujours de rien : ils sont seulement 16 % à considérer l'alcool comme la première cause d'insécurité routière. 21 % d'entre eux préfèrent accuser l'état de la voirie.

Michel Reynaud, responsable de cette vaste étude est psychiatre, spécialisé en addictologie - l'étude des comportements pouvant conduire à des abus de substances psycho-actives. Il a retrouvé un chiffre bien connu des spécialistes : dans un tiers des accidents mortels, le conducteur avait bu davantage que la quantité admise. Plus étonnant : la nuit, l'alcoolémie s'avère positive dans deux accidents mortels sur trois. Les vendredis ou samedis soirs, la proportion atteint 67 %. Ces chiffres expliquent pourquoi les accidents impliquant un seul véhicule représentent 40 % des cas mortels : à cause de l'alcool, les conducteurs se tuent tout seuls, sans véhicule "adverse".

Si l'on croise quatre critères aggravants (nuit, week-end, un seul véhicule impliqué, trois morts ou plus), on constate qu'une alcoolémie excessive est relevée dans 88 % des cas. Même chez les piétons renversés, l'abus d'alcool est fréquent : presque un tiers de ceux qui meurent sous les roues d'une voiture présentent un taux supérieur à 0,5 g/l. Des résultats sans appel. "Mais qui sous-estiment encore la réalité", explique Michel Reynaud. Dans nombre d'accidents étudiés, aucun dépistage n'a pu être réalisé. Le plus souvent parce que les victimes se trouvaient dans un état déplorable. "Or plus c'est grave, plus l'alcool est impliqué, analyse le médecin. On peut donc supposer que mes résultats sont à majorer d'au moins 5 %."

"PAS DE POLITIQUE LISIBLE"

L'étude permet de mesurer les responsabilités respectives des hommes et des femmes. Durant les nuits de week-end, lorsqu'un automobiliste perd le contrôle de sa voiture et cause un accident mortel, il est de sexe masculin dans 94 % des cas. De manière générale, les femmes provoquent peu d'accidents sous l'emprise de l'alcool, alors qu'elles effectuent 40 % des kilomètres parcourus chaque année en France.

Du côté des jeunes, les résultats sont également surprenants. Pour comprendre leur surmortalité au volant, les accidentologues ont l'habitude d'insister sur leur inexpérience et leur goût du danger. Michel Reynaud estime, pour sa part, que l'alcool explique la fréquence des accidents chez les moins de 25 ans. "Quand ils ne boivent pas, ils ne courent pas plus de risques que leurs aînés", précise-t-il. L'auteur ne s'est pas penché sur l'usage de cannabis. "Ce dernier est un réel facteur de risques, estime Michel Reynaud. Mais l'alcool me semble infiniment plus problématique. Le cannabis, c'est l'arbre qui cache la forêt de platanes sur laquelle on s'écrase."

Michel Reynaud livre quelques pistes de réflexion, à l'usage des politiques. "Il faut multiplier les contrôles, surtout la nuit et le week-end." En 2001, les forces de l'ordre (hors Paris) ont effectué 6,6 millions de dépistages préventifs. C'est 1 million de moins qu'en 2000. Ces tests ont essentiellement été réalisés en journée et en semaine, aux heures les moins propices aux infractions. 100 000 dépistages positifs seulement ont été relevés. Avec les excès de vitesse, policiers et gendarmes se montrent douze fois plus productifs. "Il faudrait aussi que les tribunaux cessent de paraître indulgents", ajoute l'auteur. "Procureurs et magistrats n'ont pas de politique lisible à l'égard des conduites en état d'ivresse, regrette Alain Rigaud, alcoologue et secrétaire général de l'Association nationale de prévention de l'alcoolisme. Les automobilistes ont l'impression d'une loterie."

En conclusion de son étude, l'auteur suggère de relancer le débat sur une éventuelle baisse du taux d'alcool dans le sang autorisé. 0,5 g/l : est-ce encore trop ? Jean-François Mattei, ministre de la santé, s'est risqué à répondre par l'affirmative. Sur France 2, le 22 octobre, il a déclaré : "Parce que je pense que l'alcool n'est jamais bon à consommer avant de conduire, (...) je pense qu'il faut baisser les seuils." Au ministère des transports, où Gilles de Robien défend la position inverse, on estime qu'"il ne s'agit pas là d'un couac gouvernemental. Lors du prochain comité interministériel de sécurité routière, s'il le faut, nous en discuterons. Mais il est sûr que ce n'est pas nous qui mettrons ce sujet sur la table". L'entourage de Gilles de Robien précise qu'"il faudrait déjà faire respecter les règles actuelles".

Cet été, le gouvernement avait fait mauvaise impression sur le sujet. A la suite d'une campagne de la Sécurité routière, qui montrait un pare-brise à demi masqué par une bouteille de vin, le ministre de l'agriculture, Hervé Gaymard, s'était dit "choqué". Reprenant les arguments du lobby vinicole, il avait jugé cette affiche "discriminatoire". Les producteurs estimaient que la Sécurité routière n'avait pas à stigmatiser le vin, plutôt que d'autres boissons alcoolisées.

Les lobbies alcooliers rejoignent les associations de prévention routière sur un point : baisser le seuil légal n'avancerait à rien. Ils ressassent le même leitmotiv : "L'Etat doit d'abord se donner les moyens de faire appliquer l'existant." Seule la Fédération nationale des victimes de la route, spécialisée dans l'aide juridique, milite pour la tolérance zéro et défend un taux de 0 g/l. Le délégué général de la Prévention routière, Pierre Gustin, préfère avancer l'idée d'un éthylomètre "antidémarrage, qui serait imposé dans les voitures des récidivistes, comme en Suède". Même Geneviève Jurgensen, porte-parole de la Ligue contre la violence routière, pourtant réputée pour sa ligne dure, assure que "l'alcool, c'est finalement le seul domaine où [elle] accepte encore une dimension culturelle".

Mathilde Mathieu

Auteur: Riz cantonnais
Date: 25 Nov 2002 17:37
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
oi je suis d'accord avec Foxy pour être + dure, non pour être intransigeant à ce niveau (alccol, fumette, excès de vitesse) , en france, on est pas assez sévère là dessus (qd on voit la différence qu'il y a en l'angleterre et la france, on a bocou à apprendre encore).

Il ne faut pas oublier que la voiture est un moyen de transport et pas un jouet qui va vite et qu'elle tue régulièrement (qd je vois comment les parisiens conduisent -et ce n'est qu'un indicateur- et bien franchement ça fait peur simplement pour récupere quelques secondes qu'ils perdront forcément au prochain carrefour ) !!!

Auteur: ledy 972
Date: 04 Déc 2002 11:54
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
bin moi je fais un big up a toute ces campagnes publicitaires ki sensibilisent kan meme.....


moi cette annnéé plusieurs affiches m ont glacés le sang brrrrrrrrrrr !!!!






ledy

Auteur: ju91rnb
Date: 09 Déc 2002 17:59
Sujet du message: ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê
solutions du gouvernement..repression...

Le gouvernement accélère la lutte antichauffards
Lundi 9 Décembre 2002

Les chauffards peuvent ronger leur frein. Le projet de loi en cours de discussion dévoilé vendredi aux procureurs généraux de cour d’appel est particulièrement sévère pour les futures infractions au code la route. Ces mesures qui pourraient être votées avant fin 2003 visent à traiter les délinquants routiers comme des délinquants classiques avec un recours rapide à l’emprisonnement et des peines aggravées.
Selon Le Journal du Dimanche, un article prévoit d’étendre la pratique des comparutions immédiates pour des délits routiers passibles de deux ans de prison, afin de multiplier les mandats de dépôt. Deux nouvelles mesures répressives sont envisagées: la confiscation du véhicule pour certains délits et la suppression du «permis blanc», ce système qui permet d’aménager la suspension du permis de conduire. La vitesse pourrait devenir une circonstance aggravante dans les cas d’accident ayant provoqué un homicide ou des blessures involontaires.
La consommation excessive d’alcool, impliquée dans un quart des décès sur les routes, est elle aussi visée. Le taux d’alcoolémie autorisé pourrait être baissé. Il est actuellement de 0,5 g par litre de sang. Le gouvernement envisage d’expérimenter un système de calcul automatique de la vitesse moyenne entre deux péages.
Certaines mesures ne sont encore qu’à l’état d’ébauche comme l’enseignement du civisme routier dès le plus jeune âge ou l’ajout de caméras-radars sur le réseau autoroutier. A. S.

Accueil » Forum » ACCIDENT. Victime d'un automobiliste ivre, Marylène allait ê Page 1 sur 1  


Copyright © 2001-2019 Volcreole.com