Accueil archives.volcreole.com
Les archives de Volcreole: le site de référence des Dom-Tom !

 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Rechercher :: Messages privés :: Membres :: Album photos :: FAQ :: Forum :: Chat :: Musiques :: Annuaires  :: 

A propos des Contes Créoles!

Répondre au sujet    Accueil -> Forum -> Langue locale: A propos des Contes Créoles!
Voir le sujet précédent >>Voir le sujet complet<< Voir le sujet suivant
A propos des Contes Créoles!
A propos des Contes Créoles! >> 28979 consultations28979 consultations :: 18 Réponses Sujet posté par sider le 17 Sep 2001 00:31

La pratique des contes, racontés principalement le soir à la veillée, diminue indéniablement dans la société moderne, et notamment dans les villes : des anthropologues ont pu à ce propos souligner le rôle négatif sur ce plan du travail des femmes, tandis que la difficulté d'organiser des veillées mortuaires en ville diminue aussi le rôle du conteur dans la société Créole. Au cours des trente dernières années, de nombreux recueils de contes traditionnels ont été publiés et étudiés par les linguistes ou les anthropologues. Ces recueils, fort utiles pour l'information des jeunes générations qui ont de moins en moins de chance de recevoir directement cette tradition orale, aident à conserver (mais figent aussi) ces récits qui se sont transmis au cours des siècles aux Antilles, en Haïti, en Guyane, en Louisiane, et dans toutes les aires créolophones de l'Océan Indien (Réunion, Maurice, Seychelles...).



Au cours d'une séance, l'introduction du conte est très ritualisée, et régulièrement le conteur relance au moyen de formules fixes l'attention du public qui risquerait de se relâcher. La fin du conte donne lieu également à un certain nombre de rituels la fin de l'histoire permet d'expliquer un phénomène naturel : pourquoi le lapin a la queue coupée.

Lorsque le conte se termine de façon positive par un repas (repas de noces par exemple), on raconte souvent que le conteur se trouve alors caché sous la table, derrière un meuble et qu'en le découvrant un des personnages lui a donné alors un coup de pied et que cela l'a projeté tellement loin qu'il est arrivé au milieu des personnes de l'assemblée pour pouvoir leur raconter l'histoire qu'il vient de raconter !



Comment lancer le conte :



Diverses formules introductives servent à lancer le conte, et le conteur les reprend de temps à autre pour animer le groupe qui est assemblé et qui écoute.



On notera les formules:

Krik-krak (cric-crac)

é krik - é krak

mistikri - mistikrak

misyé krik, misyé krak

kriké kraké

Krik ! rété Kouté... Krak ! Kouté pou Konpwann (formule qui sert de sous-titre au Contes marie-galantais de Guadeloupe d'Alain Rutil, Editions Caribéennes, 1981).



J. Laurent et I. Césaire, qui retranscrivent sans arrangement une séance de contes enregistrée, réservent une très grande place aux " cric-crac ", partout insérés :

Cric !

- Crac !

mesie ze dam, se te ã mãma, Cric!

- Crac

Se te ã mãmã ki te ni ã ti bòlòm, Cric !

- Crac !

Me li, ti bòlòm-la... Et Cric !

- Et Crac !





Conte reculli par Alain rutil à Marie Galante:



Zanba, Lapen, Tig épi Louwa



- Tim tim !

Bwa sèk

-Ni on madanm ka kouri, i pa ka jan las ?

Rivyè



Pè Louwa té ni on troupo bèf, enki bèl bèf, Lapen é Zanba té konpè é, sé boug ki té toujou enmé manjé bon gèl. Alò on jou Lapen ka di :

- Konpè Zanba an vwè pè Louwa ni dé bèl bèf la, fò nou ay pwan vyann pou nou manjé.

- Ki jan nou ké fè sa ?

- Annou alé, an sé on boug ki savan, annou alé é an ké di’w ka pou’w fè.



Alò yo pati yo pwan razwa a yo, on sak o do é yo pati. Lè yo rivé Lapen di :

- Konpè mi sa pou’w fè. Wouvè fès a bèf-la é rantré adan. Zanba rantré. Lapen fè menm biten. Yo mété yo ka détayé vyann andidan a bèf-la. Lè sak a yo plen, yo pati, yo viré. Lè landèmen yo fè menm biten, twa jou apré yo fè menm biten. Katryèm jou-la domestik a misyé Louwa ka vwè mal bèf-la ka désann ; i pa ka konpwann i ka mandé' y ka bèf-la pé ni. I ay di misyé Louwa bèf a’y ka désann. Louwa di’y i pa ka konpwann ka’y pé ni.



On jou yo kalé, yo ka touvé bèf-la kouché, bèf la mò, yo ay di Louwa sa. I fè kriyé on vétérinè pou débité’y pou chaché ka i pé ni.



Lè Lapen vwè bèf-la kalé kouché pou’y mò i di Zanba :

- Konpè fès a bèf-la ka fèmé, jòdi-la nou ké pri. Ou sav sa pou’w fè, rantré an blad a kaka-la, an ka rantré adan blad a pisa-la. Konm di, konm fèt, lè yo vin débité bèf, yo fann bèf, yo pwan blad a pisa-la, yo voltijé’y i pa ni ayen adan’y. An menm moman yo voyé sa alé, Lapen di :

- Woy, zòt ka sali konplé blan an mwen èvè blad a pisa a bèf a zòt.

Mé Zanba andidan-la i pri adan blad a kaka-la. Lapen rivé, i ka di :

- Ki biten ésa ki rivé zòt la ?

Mon chè, bèf a pè Louwa té la, i té telman bèl, an touvé i désann tou bonnman, nou fann li pou vwè ka ki adan’y ?

- Zòt tro kouyon, wouvè blad a kaka-la, zòt ké vwè si’y pa té konstipé oben si a pa kèk biten ki adan’y

Yo kouté Lapen, yo ka wouvè sa, yo ka gadé, yo ka vwè konpè Zanba byen kouché adan blad a kaka-la. Lapen soté anlè :

- An té byen di zòt sa, mi sé konpè an mwen, pwan sa fouté’y lajòl.

Yo pongné Zanba, yo menné’y ba pè Louwa. Mé i ka hélé :

- I té la osi, i té la osi, i té la osi... Lapen ka réponn :

- Pa lésé’y palé, pa lésé’y palé, fèmé gèl a’y ».



Misyé Louwa di : « pa ni dòt biten pou fè’y, sé fouwé on fè cho an fès a’y. »



I fè kriyé fòjwon a’y, yo limé difé é chofé fè-la cho. Misyé Louwa di paré fè-la é a twazè i ké vin. Lè twazè pwan misyé Louwa pwenté. I pwan fè-la i fouwé’y an fès a Zanba. Lè Zanba santi biten cho-la, i di :

- Padon misyé Louwa a pa mwen, sé konpè Lapen.

- Sa pa zafè an mwen, sila mwen tchenbé-la sé’y ki pri.



Lapen aprézan té monté adan pyé monben-la yo té maré Zanba-la. Chak monben i manjé, i ka lojé grenn-la an fès a Zanba. I ka kriyé :

- Mouch-la pa blésé bobo an mwen.



On lidé ka di’y lévé tèt a’y i ka gadé, i ka vwè sé Lapen ka fè sa :

-Konpè sé sa’w fè mwen.

Lè lè a Zanba rivé yo lagé ’y ; i ay a kaz a’y, i pòté’y malad.



On jou konpè Lapen ka pasé pou sav la misyé yé ; i vwè madanm a Zanba :

- Bonjou konmè ; é konpè an mwen ?

- Konpè malad.

- Ka ki rivé’y ?

- I malad.

- Konpè présé, démen maten i ké vini vwè’y.



Sa rété, lè landèmen i pasé, menm biten ankò :

- E konpè ?

- Sa pa kay menm

- Di’y an présé, dèmen maten an ké vin vwè’y.



Twazyèm jou-la pasé, i fè menm biten. Alò Zanba ka di ki jan i ké fè pou pongné Lapen, é pè Louwa té di’y si i tchenbé Lapen menné’y ba’y. Zanba té ni on fi ka mayé, i envité tout konpè a’y é i envité Lapen. Lapen di dépi fi a konpè a’y ka mayé, fò’y la.



On jou sanmdi, gran nòs, tout moun a tab ka manjé. Pannan yo ka manjé, Lapen mété chèz a’y a koté pou’y pé chapé pli vit. Lapen ka manjé pli vit ki tout moun. On konpè di :

- Konpè Zanba, manjé a’w la té bon, an té ké manjé ti-bren ankò.

-An ké ba’w.

- È’w konpè Lapen ?

- Ban mwen ti bren ankò.



Lè’w gadé Lapen manjé. Mé yo bizwen pongné Lapen, pa ni mwayen tchenbé misyé. Alò yo rété ka founi kozé, yo pwan on sèk, pannan Lapen ka balansé sèk a’y an gèl a’y. Zanba enki pasé dèyè do a’y, yo pongné’y yo fou’y adan on sak, yo pòté’y ba misyé Louwa. I té tèlman kontan, alòs i di :

- Mi ! sé boug an mwen an té bizwen.

Alò i fè yo chofé on fè, menm biten ki pou Zanba. Yo menné Lapen adan pyé monben-la, yo maré’y. Pwan kòd, yo maré’y, yo maré’y, yo maré’y. Lapen rété la, i fè lespri a’y travay, i ka di ka pou’y fè. I ka vwè konpè Tig ka pasé i ka di :

- Konpè ka sa yé ?

- È’w konpè Lapen, ka’w ka fè la ?

- Mon chè konpè, vin an di’w sa.

- Ka ki rivé’w konsa konpè Lapen ?

- Mon chè konpè, ou sav byen an pa tini gran fanmiy, dan an mwen kout, ou ni pli gran dan ki mwen, ou ni an gran fanmiy, misyé Louwa di mwen i ka mété mwen la, si an touvé lè mwayen démaré mwen i ka ban mwen pli bèl bèf-la ki an troupo a’y.

- Konpè Lapen, an ké pwan bèf-la, mwen an fanmiy.

- Konpè démaré mwen é an ké maré’w.



Tig gran kouyon alé i démaré Lapen é Lapen pwan kòd i maré Tig, i maré’y, i maré’y, pli fò yo té maré’y. Twazè rivé pou yo ba Lapen kout fè cho a’y. Olyé sé Lapen, sé Tig ki la. Lè Tig vwè fè cho-la i kriyé :

- Padon pè Louwa, sé Lapen ki mété mwen-la.

- An pa konnèt, sila mwen tchenbé, la sé’y en ka brilé.

Yo fouré fè la an fès a Tig. I ozabwa, fès a’y chodé. Tig pòté’y malad, yo fè di Lapen Tig malad. Lapen réponn i pòkò ni tan, mé i ké vin vwè konpè a’y. Alò, sa rété, Lapen pa ka vin, sa rété Lapen pa ka vin, sa rété Lapen pa ka vin. Alò on jou, Tig fè di tout konpè a’y byen malad. I di madanm a’y, ay di tout lé konpè : - Ou sav sa ki rivé, mwen pèd mari an mwen.



Lè i rivé a ka Lapen, i di’y sa. Lapen ka di :

- Konmè, konpè Tig mò, sé vwé ?

- Wi sé vwé.

- Fò mwen vin vwè konpè pou mwen ay lantèman.

Lapen vin a ka Tig, i touvé tout lé konpè-la. I rété doubout dèwò-la épi parapli a’y. On ti lapli té ka tonbé, i wouvè parapli a’y. Yo di’y rantré. I di i pa ka rantré, i ni parapli a’y. I di :

- Zòt sèten Konpè mò, y byen mò.

- Mé wi konpè. Dépi on moun mò, i byen mò.

- Gouyé’y pou mwen vwè.

Yo gouyé Tig, ayen menm. Lapen woupwan :

- Zòt sèten Konpè an mwen mò, i byen mò.

- Wi, i byen mò, vin tchoké’y si’w vlé.

Mé Tig té ja mété gran hach a’y koté’y pou’y tchouyé Lapen. Mé Lapen di :

- Gouyé’y ankò pou mwen vwé.

Yo gouyé’y. Tig mò. Lapen di :

- Zòt sèten i mò ? I pòkò pété ?

Tig gran kouyon-la, i rété i pété boum. Lapen di :

- Woy, ola zòt ja janmé vwè moun mò ka pété. Lapen fouté galo, i fouté galo. An pasan a’y, Tig fouté on sèl kout hach dèyè’y, sé dépi sa Lapen rété èvè on mòso ké.



Traduction :



Zanba, Lapen, Tig épi Louwa



Le Roi avait un troupeaux de boeufs, rien que de beaux boeufs ; Lapin et Zamba étaient amis et c'étaient des gens qui aimaient toujours bien manger. Alors un jour, Lapin dit :

- Compère Zamba, j'ai vu que le Roi avait deux beaux boeufs ; il faut que nous allions prendre de la viande pour manger.

- Comment allons-nous faire cela ?

- Allons-y, je suis intelligent, allons-y, et je te dirai ce qu'il te faudra faire.



Alors, ils allèrent chercher leur rasoir, un sac à dos et ils partirent. Lorsqu'ils arrivèrent, Lapin dit :

- Compère, voilà ce qu'il te faut faire. Ouvre les fesses du boeuf et entre dedans.

Zamba entra. Lapin fit la même chose. Ils se mirent à découper la viande à l'intérieur du boeuf. Quand leur sac fut plein, ils partirent, ils rentrèrent. Le lendemain, ils firent la même chose, trois jours après, encore la même chose. Le quatrième jour, le domestique du Roi vit que le le taureau allait mourir ; il ne comprenait pas, il se demandait ce que la bête pouvait avoir. Il alla dire au Roi que son boeuf était en train de mourir. Le roi lui dit qu'il ne comprenait pas ce qu'il pouvait avoir.



Un jour où ils retournaient, ils trouvèrent le boeuf couché, le boeuf était mort. Ils allèrent le dire au Roi. Celui-ci fit appeler un vétérinaire pour l'ouvrir et voir ce qu'il pouvait avoir eu.



Lorsque Lapin vit que le boeuf allait se coucher pour mourir, il dit à Zamba :

- Compère, les fesses du boeuf vont se fermer, aujourd'hui nous serons pris. Tu sais ce que nous allons faire : entre dans le rectum, je rentrerai dans la vessie.

Sitôt dit, sitôt fait.



Lorsqu'ils vinrent découper le boeuf, ils le fendirent, ils prirent la vessie, et la lançèrent, il n'y avait rien dedans. Au moment-même où ils l'envoyaient, Lapin dit :

- Aïe, vous avez sali mon complet blanc avec la vessie de votre boeuf.

Mais Zanba à l'intérieur était coincé dans le rectum. Lapin s'approcha et dit :

- Qu'est-ce qui vous est arrivé ?

- Mon cher, le boeuf du Roi était là, il était tellement beau, je l'ai trouvé en train de mourir, nous le découpons pour voir ce qu'il y a dedans.

- Vous êtes trop bêtes : ouvrez le rectum, vous verrez s'il n'était pas constipé, ou s'il n'y avait pas quelque chose là-dedans.



Ils écoutèrent Lapin, ils ouvrirent, ils regardèrent et ils virent Compère Zamba bien couché dans le rectum. Lapin sauta en l'air :

- Je vous avais bien dit cela : voilà mon Compère, attrapez-le pour le mettre en prison !

Ils prirent Zamba, ils l'emmenèrent au Roi. Mais il criait :

- Il était là aussi, il était là aussi, il était là aussi...

Lapin répondit :

- Ne le laissez pas parler, ne le laissez pas parler, faites-le taire.

Le Roi dit : " Il n'y a rien d'autre à lui faire que de lui fourrer un fer chaud aux fesses ". Il fit appeler son forgeron, on alluma le feu et on chauffa le fer très fort. Le Roi dit de préparer le fer et qu'il reviendrait à trois heures.



A trois heures, le Roi arriva. Il prit le fer et il le colla sur les fesses de Zanba. Lorsque Zanba sentit la chaleur, il dit :

- Pardon, Monsieur le Roi, ce n'est pas moi, c'est Compère Lapin.

- Ce n'est pas mon affaire : celui que je tiens, c'est ce lui qui est paye.



Lapin était alors monté sur le mombin auquel était attaché Zanba. Chaque mombin qu'il mangeait, il flanquait le noyau sur les fesses de Zamba. Il criait :

- Mouche, ne touche pas mes blessures.

Une idée lui fit lever la tête et regarder, il vit que c'était Lapin qui faisait cela :

- Compère, c'est ça que tu me fais !



Quand l'heure de Zamba fut venue, ils le lachèrent ; il alla chez lui et se fit porter malade.

Un jour que Compère Lapin passait pour savoir comment était Zamba, il vit sa femme :

- Bonjour, ma commère : et mon compère ?

- Il est malade.

- Qu'est-ce qui lui est arrivé ?

- Il est malade.

- Son Compère est pressé, demain matin il viendra le voir.



On en resta là, le lendemain il passa, et ce fut la même chose :

- Et mon compère ?

- Cela ne va pas du tout.

- Dites-lui que je suis pressé, demain matin je viendrai le voir.

Le troisième jour arriva, il fit la même chose. Alors Zamba se demandait comment il ferait pour attraper Lapin, et le Roi avait dit que s'il y parvenait, qu'il le lui amène.



Zamba avait une fille qui se mariait. Il invita tous ses amis et il invita Lapin. Lapin dit que si la fille de son compère se mariait, il fallait qu'il soit là.





Un samedi, ce fut les noces. Tout le monde à table mangeait. Pendant qu'on mangeait, Lapin avait mis sa chaise à l'écart pour pouvoir s'échapper plus vite. Lapin mangeait plus vite que tout le monde. Quelqu'un dit :

- Compère Zamba, ton repas était bon : j'en reprendrais bien un peu encore.

- Je vais t'en donner.

- Et toi, Compère Lapin ?

- Donne-m'en encore un peu.



Si vous voyiez manger Lapin ! Mais il leur fallait attraper Lapin, il n'y avait pas moyen de le prendre. Alors, ils restaient à bavarder, ils prirent un "sec". Pendant que Lapin avalait d'un coup son sec, Zanba se contenta de passer derrière son dos, ils l'attrapèrent et le jetèrent dans un sac, ils le portèrent au Roi. Il était tellement content, alors il dit :

- Voilà ! c'est l'homme qu'il me fallait.

Alors il fit chauffer un fer, comme pour Zamba. On emmena Lapin au monbin, on l'attacha. Ils prirent une corde et ils l'attachèrent le plus serré qu'ils purent. Lapin demeura là. Il faisait travailler son esprit, se demandant ce qu'il pouvait bien faire. Il vit Compère Tigre qui passait. Il lui demanda :

- Compère, comment ça va ?

- Et toi Compère Lapin, qu'est-ce que tu fais là ?

- Mon cher Compère, viens que je te raconte cela.

- Qu'est-ce que qui t'est arrivé Compère Lapin ?

- Mon cher Compère, tu sais bien que je n'ai pas une grande famille, que mes dents sont petites, tu as de plus grandes dents que moi, tu as une grande famille ; le Roi m'a dit qu'il me mettait là et que si je trouvais un moyen de me détacher, il me donnerait le plus beau boeuf de son troupeau.

- Compère Lapin, je prendrai le boeuf : j'ai une famille.

- Compère, détaches-moi et je t'attacherai.



Tigre est un grand imbécile : il détacha Lapin qui prit la corde pour attacher Tigre, encore plus serré qu'on ne l'avait attaché. Ce fut alors trois heures, l'heure prévue pour donner à Lapin son fer chaud. Au lieu de Lapin, c'était Tigre qui était là. Lorsque Tigre vit le fer chaud, il cria :

- Pardon, Monsieur le Roi, c'est Lapin qui m'a attaché là.

- Je ne veux pas le savoir : celui que je tiens, c'est celui que je brûle.

On mit le fer aux fesses de Tigre. Il était dans tous ses états, les fesses ainsi brûlées. Tigre se porta malade et on annonça à Lapin que Tigre était malade. Lapin répondit qu'il n'avait pas le temps mais qu'il viendrait voir son compère.



Alors, une nouvelle fois le temps passa, Lapin ne venait toujours pas. Un jour, Tigre fit dire à tous ses amis qu'il était très malade. Il dit à sa femme de dire à tous ses amis : - Savez-vous ce qui est arrivé : j'ai perdu mon mari.

Quand elle arriva chez Lapin, c'est ce qu'elle dit. Lapin dit :

- Commère, Compère Tigre est mort ? est-ce vrai ?

- Oui, c'est vrai.

- Il faut que je vienne voir mon Compère pour aller à l'enterrement.



Lapin vint chez Tigre, il rouva là tous ses amis. Il resta debout dehors avec son parapluie. Une petite pluie tombait, il ouvrit son parapluie. On lui dit d'entrer. Il dit qu'il n'entrait pas, qu'il avait son parapluie. Il dit :

- Etes-vous sûrs que Compère est mort, vraiment mort ?

- Mais oui, Compère. Il est aussi mort qu'on peut l'être.

- Remuez-le pour que je voie.

- On remua Tigre, rien ne se passa. Lapin reprit :

- Vous êtes sûrs que mon Compère est mort, vraiment mort ?

- Oui, il est vraiment mort, viens le toucher si tu veux.



Mais Tigre avait pris une hache près de lui pour tuer Lapin. Lapin dit :

- Remuez-le encore pour que je voie.

On le remua. Tigre était mort. Lapin dit :

- Vous êtes sûrs qu'il est mort ? A-t-il déjà pété ?

Tigre, ce grand imbécile, se mit à péter " boum ". Lapin dit :

- Aïe, où avez-vous déjà vu un mort péter ?

Lapin fila au galop. Alors qu'il passait, Tigre lui flanqua un coup de hache par derrière : c'est depuis ce temps là que Lapin n'a plus qu'un bout de queue.





Maintenant à votre tour de nous conter de belles!



Pawol la té bèl! .


:: 18 Réponses :: Répondre au sujet :: Envoyer ce sujet à un ami :: Imprimer ce sujet :: 28979 consultations28979 consultations :: Voir tous les sujets ::
Répondre au sujet    Accueil -> Forum -> Langue locale: A propos des Contes Créoles!

Liens relatifs au sujet A propos des Contes Créoles!
Discussion générale: à propos des boites de strip tease...
Informatique: A PROPOS DES FAUX VIRUS ...
Discussion générale: a propos de culture.....
Beauté - Mode - Santé question a propos du placenta vegetal
Discussion générale: HELP ! Cherche contes et poésies antillais
Coup de gueule: contes et légendes du dj...
À propos des forums de Volcréole: À propos de la page d'accueil de Volcréole ...
Coup de gueule: des propos de volcréoliens détournés!!!!!!!!
Discussion générale: À propos de photos?
Discussion générale: Petite question à propos du cannabis ...
Discussion générale: Questions a propos du zouk
Gastronomie: Spécialités créoles en région parisienne
Avis de recherche: a propos de mes recherches bis!!!!!!!!
Petites annonces: les berceuses creoles!!!
Informatique: À propos de la sécurité des messages électroniques
À propos des forums de Volcréole: A propos du CHAT !!!!!
Langue locale: À propos du créole !
Avis de recherche: a propos de mes recherches
Guide touristique: A propos de l'île de la Réunion
Sport: A propos des précisions dans la presse sportive...
Guide touristique: A propos de la Guadeloupe



Tags
Copyright © 2001-2019 Volcreole.com



Charte | Contacts | Actualités | Accueil | Connexion | S'enregistrer | FAQ | Rechercher | Tags | Membres | Pseudos | Sujets | All | Forum | volcreole.com | Newbuzz.fr