Accueil archives.volcreole.com
Les archives de Volcreole: le site de référence des Dom-Tom !

 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Rechercher :: Messages privés :: Membres :: Album photos :: FAQ :: Forum :: Chat :: Musiques :: Annuaires  :: 

Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la

 
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Accueil -> Forum -> News: Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Asprilla
Assistant
Assistant
  News:   Sujet: Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la

ju91rnb
Grand Animateur
Grand Animateur


Inscrit le: 23 Avr 2002
Messages: 1615
Localisation: PARIS

  Posté le: 18 Oct 2002 14:53    Sujet du message: Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la

Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon le patron de la DST
Pierre de Bousquet de Florian, nommé en juillet à la tête de la direction de la surveillance du territoire (DST), le contre-espionnage français, explique que si la France n'est pas "la priorité" des réseaux Ben Laden, il redoute leur rapprochement avec des intégristes salafistes algériens.
Cet entretien a été relu et amendé par le directeur de la DST.

Un an après le 11 septembre, la DST est-elle parvenue à cerner les contours du terrorisme islamiste ?

Plutôt qu'évoquer l'année écoulée, je crois judicieux de se reporter une dizaine d'années en arrière, depuis que les services de sécurité français s'intéressent de près aux mouvances islamistes.


Le fait est méconnu, mais dès 1995, nous avions pris le soin de suggérer l'ouverture d'une information judiciaire portant sur les filières du terrorisme en liaison avec l'Afghanistan. Cela nous a offert un cadre juridique, toujours opérationnel aujourd'hui, qui nous a permis d'emmagasiner de précieuses informations.

Comment êtes-vous tombé sur cette filière afghane ?

C'est à la suite de l'attentat commis à Marrakech en 1994, lorsqu'il s'est avéré que les jeunes gens, issus de La Courneuve, qui avaient tué deux touristes espagnols et qui avaient l'intention de commettre plusieurs actions terroristes au Maroc, avaient séjourné, pour nombre d'entre eux en Afghanistan. Puis, en 1995, pendant la campagne d'attentats en France, il est apparu que l'un des cadres du GIA, Aït Ali Belkacem, avait été stagiaire en Afghanistan. On a eu à cette époque-là plus qu'une intuition. Le voyage en Afghanistan faisait partie des grands fondamentaux du terrorisme islamiste. Cela ressort des éléments de parcours type que l'on a pu établir.

A quoi ressemble ce cursus type du point de vue français ?

Il s'agit la plupart du temps de jeunes hommes algériens, tunisiens, marocains ou français d'origine maghrébine. Ils peuvent appartenir à des familles bien intégrées et avoir un bon niveau de formation ou d'études. A un moment, il y a une rupture avec la famille, un passage par Londres, puis ils gagnent l'Afghanistan via le Pakistan. En Afghanistan, ces garçons séjournent plusieurs mois pour subir à la fois un conditionnement intellectuel, religieux, un entraînement physique puis un apprentissage de techniques militaires, le maniement d'armes, la gestion des explosifs et des moyens de communication. Quelques mois après, ils reviennent en Occident, en Europe bien souvent, auréolés de la gloire du combattant. Ils se retrouvent alors bien souvent dans de petits groupes avec ceux qui ont fait la même expérience qu'eux.

Comment fonctionnent-ils ?

De manière très professionnelle. Ils sont en large partie autonomes sur le plan financier : ils subsistent grâce à la délinquance, les braquages, la reproduction des cartes de crédit, voire, on a un exemple assez récent, la contrefaçon de vêtements de marque. Les membres de ces groupes sont chargés du repérage des objectifs. Par ailleurs, on trouve toujours le même recours à des référents religieux qui sont leur Guide spirituel, soit Oussama Ben Laden lui-même, soit Abou Qutada à Londres, ou Abou Hamza. Ils sont enfin très au fait des technologies modernes : Informatique, Internet, téléphone satellitaire.

Quelle est leur marge de manœuvre ?

A part les grandes actions spectaculaires et coordonnées par l'entourage direct de Ben Laden, elle est très grande. Autant les ordres de passer à l'action sont donnés par des référents en Afghanistan autant le choix des cibles, le timing ou les moyens semblent toujours décidés sur le plan local. Il faut aussi insister sur la mobilité de ces groupes, dont le membres voyagent en Europe - avec des faux papiers -, se contactent...

Comment avez-vous établi ce cursus type ?

D'abord, c'est le fruit de dix ans d'enquête. Et puis, plus récemment, grâce aux auditions des six Français détenus à Guantanamo et que nous avons pu interroger, en présence d'enquêteurs américains.

Ont-ils collaboré ?

Ils nous ont dit un certain nombre de choses. On a toutefois toujours un petit doute quand on sait que dans la formation qu'ils ont reçue en Afghanistan, ils ont aussi appris des techniques de désinformation, de résistance à l'interrogatoire.

Quel est leur profil ?

Ce ne sont pas des dirigeants d'Al-Qaida, plutôt des fantassins, des exécutants.

Les Etats-Unis constituent la première cible d'Al-Qaida, la France n'arrive-t-elle pas loin derrière ?

La France ne paraît pas être la priorité d'Al-Qaida, ce sont les Américains, et ensuite Israël. Mais il faut rappeler que lorsque les islamistes ont commis des attentats antiaméricains en Afrique, à Dar es-Salam et à Nairobi, ils avaient fait auparavant des reconnaissances dans toute la région sur les intérêts français, anglais et américains. Au niveau de la préparation, ils se donnent toujours la possibilité de choisir une autre cible.

Pour la France n'y a-t-il pas toujours un risque spécifique lié à la situation en Algérie ?

Le danger, c'est qu'il y a aujourd'hui un vrai rapprochement entre le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui agit sur le territoire algérien, et les gens d'Al-Qaida. Ces derniers sont en relation avec l'émir de la 9e région algérienne (le Sud) Ben Mokhtar, surnommé "l'insaisissable". Ce rapprochement peut constituer une menace : l'amalgame mêlant la vieille idée de la France coloniale, la mauvaise opinion qu'ont un certain nombre de jeunes Français d'origine maghrébine de la situation au Proche-Orient, une éventuelle guerre contre l'Irak, sont potentiellement explosifs.

Que sait-on des Français revenus d'Afghanistan ?

Il y a eu plusieurs dizaines de jeunes gens qui sont allés en Afghanistan et qui sont revenus en Europe et en France. Quand la coalition a frappé sur l'Afghanistan, elle a atteint l'épicentre d'Al-Qaida et en a dispersé les équipes, dont certaines sont revenues en Europe. Donc, il n'y a aucune raison pour que nous n'ayons pas sur le territoire national des petites équipes susceptibles de se mobiliser et de frapper le moment voulu. Nous ne les avons pas toutes repérées.

Y a-t-il toujours des camps d'entraînement d'Al-Qaida en Afghanistan ?

Non, je pense que les bases ont été démantelées. Toutefois, si l'on a détruit Al-Qaida en Afghanistan, cela ne veut pas dire que l'on a détruit l'organisation elle-même.

Comment s'organise la coopération avec l'étranger, notamment les services secrets pakistanais, réputés proches des talibans ?

Au Pakistan, comme ailleurs, il y a plusieurs services de renseignement. Certains ont effectivement travaillé pendant des années avec les talibans, il y en a qui ont moins travaillé, d'autres qui n'ont pas travaillé du tout. Le principal, l'ISI, était effectivement très lié au régime précédent. Depuis le 11 septembre, ces services ont reçu l'instruction de travailler contre les organisations terroristes islamistes. C'est notamment l'ISI qui a la maîtrise de l'enquête sur l'attentat de Karachi. Même si on a vu d'autres services arriver dans le dossier, ce n'est pas toujours évident. Il est vrai qu'on peut encore avoir quelques doutes sur la volonté d'aboutir de certains agents.

Comment s'organise la coopération avec les autorités américaines ?

Elle est excellente. Nous sommes en relation quotidienne, pour ne pas dire bi-quotidienne, à la fois avec la CIA et le FBI. Outre l'aide décisive que nous avons apportée pour arrêter Zacharias Moussaoui, je crois savoir qu'ils ont attaché une certaine qualité aux renseignements qu'on a pu leur fournir. Nous leur donnons beaucoup d'informations, mais je peux vous assurer qu'en retour ils font de même. Les Américains ont renvoyé l'ascenseur ! Je crois que le 11 septembre les a rendus plus modestes. Ils nous ont même permis d'aller "debriefer" nous-mêmes les six Français détenus à Guantanamo ce que, soit dit en passant, les Russes n'ont toujours pas pu faire.

Et la coopération avec les pays européens ?

A la suite des attentats du 11 septembre, on a vu se multiplier les réunions multilatérales dans le cadre des structures internationales. Mais nous privilégions, depuis une dizaine d'années, les relations bilatérales, avec des services homologues, qui sont beaucoup plus efficaces au niveau opérationnel.

Que sait-on du financement d'Al-Qaida ?

Il faut distinguer le financement des groupes eux-mêmes, qui ont des ressources autonomes, de l'organisation d'Oussama Ben Laden. Cette dernière dispose toujours de sommes considérables. Elles proviennent dans leur immense majorité de donateurs privés par le truchement des Associations humanitaires. Il s'agit de riches musulmans de la zone arabo-persique, notamment d'Arabie saoudite. Il s'agit de personnalités, parfois haut placées dans la hiérarchie étatique et ministérielle. Pensent-ils financer du caritatif ou savent-ils qu'ils aident un mouvement terroriste ? Ce qui est sûr, c'est que cela représente des sommes très importantes.

Vous reprenez à votre compte les critiques de Laurent Murawiec, l'analyste français, conseiller privé du gouvernement américain, qui a présenté en juillet l'Arabie saoudite comme un ennemi des Etats-Unis ?

Non, lui a clairement mis en cause l'Arabie saoudite, ce que je ne fais pas. A aucun moment on n'a pu établir un financement volontaire d'Al-Qaida par l'Arabie saoudite ni un Etat de la région. Je crois que la plupart des donateurs sont de bonne foi. Lorsqu'ils versent de l'argent, ils n'imaginent pas forcément financer des réseaux terroristes mais pensent aider à la propagation de l'islam dans le monde. C'est tout le problème de ces nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) qui, sous couvert d'actions caritatives, financent, et parfois leur fournissent la logistique, les terroristes.

Si l'on parvient à casser ce système, on aura gagné beaucoup. Pour cela, il faut absolument continuer à agir sur ces Etats arabo-persiques. Le problème, c'est que des ONG qui financent Al-Qaida font aussi parfois de véritables actions caritatives.

Comment évaluez-vous l'état de la menace terroriste ?

Je dirais que, malgré la destruction de l'épicentre d'Al-Qaïda, elle est à la fois persistante et planétaire. On voit notamment qu'elle se déplace vers d'autres zones géographiques : le Caucase, l'Asie (Philippines, Indonésie, Malaisie...), la corne de l'Afrique, l'Afrique du Nord et, bien sûr, l'Europe, où se sont réfugiés des islamistes contraints de fuir l'Afghanistan, et qui s'ajoutent à ceux qui étaient déjà en place. On a là des groupes d'individus, y compris en France, susceptibles de passer à l'action.

Avez-vous suffisamment de moyens ?

Oui, la DST n'a pas à se plaindre. Outre un redéploiement de personnel, le service a bénéficié du renfort de plusieurs dizaines de fonctionnaires plus quelques "contrats particuliers" (linguistes, ingénieurs, informaticiens...). De plus, le gouvernement prévoit l'affectation de 200 fonctionnaires supplémentaires pour le renseignement, comme l'a annoncé le ministre de l'intérieur.

Propos recueillis par Pascal Ceaux et Fabrice Lhomme


--------------------------------------------------------------------------------

Près de 300 enquêtes préliminaires et 30 informations judiciaires


Depuis un an, les services antiterroristes ont multiplié les arrestations dans la mouvance islamiste. Le parquet de Paris a ouvert près de 300 enquêtes préliminaires et une trentaine d'informations judiciaires.

Le réseau Beghal
Ouverte le 10 septembre 2001, soit la veille des attentats aux Etats-Unis, une information judiciaire a permis de démanteler un réseau islamiste animé par un Franco-Algérien de 35 ans, Djamel Beghal. Arrêté en juillet 2001 à Dubaï, aux Emirats arabes unis, et extradé en France le 30 septembre 2001, Djamel Beghal est soupçonné d'avoir projeté, avec une demi-douzaine de complices, un attentat contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris. Il devait être perpétré par Nizar Trabelsi, un Tunisien, ancien footballeur professionnel en Allemagne, lui-même arrêté en Belgique. Djamel Beghal a séjourné en Afghanistan, où il aurait pris ses ordres début 2001 directement auprès d'Abou Zoubeida, un adjoint d'Oussama Ben Laden.

L'homme aux chaussures piégées
Le 22 décembre 2001, Richard Reid, un citoyen britannique avait été maîtrisé à bord du vol Paris-Miami d'American Airlines alors qu'il tentait d'activer des explosifs dissimulés dans ses chaussures, qui n'avaient pas été détectés à l'aéroport Roissy - Charles de Gaulle où il avait embarqué. Dans cette enquête, plusieurs complices de Richard Reid ont été arrêtés, notamment deux Français de Mantes-la-Jolie (Yvelines) qui auraient séjourné dans un camp d'entraînement de l'organisation intégriste Lashkar, située au Cachemire pakistanais. Selon les enquêteurs américains, Richard Reid aurait été en contact en Afghanistan avec Djamel Beghal et Zacarias Moussaoui, le Français - détenu aux Etats-Unis - soupçonné d'avoir été le vingtième pirate de l'air. Sa participation aux attentats avait été empêchée par son interpellation quelques semaines auparavant en raison de sa situation irrégulière sur le territoire américain.

L'attentat de Karachi
Le Lashkar est aussi soupçonné d'avoir organisé l'attentat à la voiture piégée qui a tué onze ingénieurs et techniciens français de la Direction des constructions navales de Cherbourg, le 8 mai à Karachi, au Pakistan. Des enquêteurs français se sont rendus sur place, sans résultats probants pour le moment.

Les tueurs de Chah Massoud
En novembre 2001 puis au mois de janvier, un Algérien et trois Franco-Tunisiens ont été arrêtés à Paris dans le cadre de l'enquête sur les préparatifs en Europe de l'assassinat en Afghanistan du commandant Ahmad Chah Massoud, qui avait précédé les attentats de New York et Washington, le 9 septembre 2001. Les trois suspects auraient fourni de faux passeports belges aux tueurs du commandant Massoud, deux faux journalistes partis de Londres.

Le projet d'attentat à Strasbourg
Les policiers français enquêtent sur un groupe d'islamistes suspectés d'avoir préparé un attentat à Strasbourg, qui devait avoir lieu à la fin de l'année 2000, contre la cathédrale ou le marché de la ville. Parmi les personnes interpellées, deux ont affirmé avoir rencontré Zacarias Moussaoui en Afghanistan, et l'un d'eux a dit avoir été en rapport avec Richard Reid. Dans ce dossier, les juges français pensent aussi détenir un proche d'Oussama Ben Laden en la personne de Mohamed Bensakhria, Algérien de 34 ans arrêté en juin 2001 à Alicante, extradé et écroué le 12 juillet en France et qui aurait été le cerveau du projet.
Revenir en haut
ledy 972
Master
Master


Inscrit le: 04 Mar 2002
Messages: 2578
Localisation: exilléé dans l hexagone

  Posté le: 18 Oct 2002 15:19    Sujet du message: Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la

tout d abord felicitation ..a toi tout seul t es une mine d or d information .....c vrai ke c long a lire mais c tres instrutif


bin de toute facon bush il en a gros sur la patate alors t inkietes pas...k il cherchera pas midi a 14 heures pour cupabiliser... "ben laden et ses actes" et cela sans preuves!!!....

koik il en soit moi je voudrais attirer votre attention sur les fetes de noel....eviter de vous rendre dans les parcs d attraction (disney) ect.....
car il se pourrait ke la france soit viséé .... psychose ou realité bref ne jouons pas avec le feu

ledy

Revenir en haut
Asprilla
Assistant
Assistant


Inscrit le: 05 Nov 2001
Messages: 1477
Localisation: Bagnolet 93

  Posté le: 18 Oct 2002 15:54    Sujet du message: Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la

C'est clair que la France est visée, tout comme l'allemagne, ce sont les deux prochains objectifs de al qaida, mais ce n'est pas nouveau, il ne faut pas oublier l'attentat de Karachi qui avait tué 11 ingenieurs francais ainsi que celui au yemen contre le super petrolier francais, mais les allemand ne sont pas en reste avec l'attentat en tunisie, a djerba contre une sinagogu qui avait fait une dizaine de mort allemand.

Pour l'instant ils ont frappé en dehors de nos frontieres par facilité mais je pense que si ils ont l'occasions il ne le rateront pas et on en subira les consequence.

Depuis longtemp la france est designé comme un ennemi de l'islam par al qaida, ce n'est pas pour rien qu'ils appelent la France "le pays des croisés"
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Accueil -> Forum -> News: Al-Qaida peut frapper "le moment voulu", selon la Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Liens relatifs sur Volcréole
Sujet Auteur Forum Réponses Posté le
Y a-t-il une "mentalité Antillaise" ? roz-n Discussion générale: 106 05 Fév 2003 15:45 Voir le dernier message
Vous pensez quoi du site "LuDoV 972" ??? Dj KoS'D Discussion générale: 7 19 Jan 2003 02:34 Voir le dernier message
Vous avez dit "canne à sucre", moi je dis "ca Une rose dans le zaïan Sorties - Évènements: 7 10 Jan 2003 06:30 Voir le dernier message
Une recherche sérieuse ... Vous êtes au bon moment ... monaffaire Avis de recherche: 18 19 Jan 2003 06:21 Voir le dernier message
une petite bio en anglais "Bobby brown" ju91rnb Musiques - Artistes: 0 18 Nov 2002 10:58 Voir le dernier message
Un ti moment de détente! Gwadinina Coup de coeur: 14 21 Fév 2003 20:13 Voir le dernier message
un moment sympa..... doc biboldy Espace de présentation: 1 13 Déc 2002 04:45 Voir le dernier message
Un moment de détente... Douce Martiniquaise Coup de coeur: 7 28 Nov 2002 23:19 Voir le dernier message
Un bon dessin animée "funky cops" le dimanche sur ti-zandolila Coup de coeur: 6 14 Oct 2002 10:29 Voir le dernier message
Spécila accueil @ NANOU, ma zin"cou !!! Tichou Espace de présentation: 23 03 Aoû 2002 01:18 Voir le dernier message

Tags
Copyright © 2001-2019 Volcreole.com



Charte | Contacts | Actualités | Accueil | Connexion | S'enregistrer | FAQ | Rechercher | Tags | Membres | Pseudos | Sujets | All | Forum | volcreole.com | Newbuzz.fr