Accueil archives.volcreole.com
Les archives de Volcreole: le site de référence des Dom-Tom !

 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Rechercher :: Messages privés :: Membres :: Album photos :: FAQ :: Forum :: Chat :: Musiques :: Annuaires  :: 

A propos des Contes Créoles!
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Accueil -> Forum -> Langue locale: A propos des Contes Créoles!
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  Imprimer ce sujet 
Auteur Message
calysta777
Membre
Membre
  Langue locale:   Sujet: A propos des Contes Créoles!

sider
Assistant
Assistant


Inscrit le: 29 Aoû 2001
Messages: 404
Localisation: PARIS - MARTINIQUE - GUADELOUPE

  Posté le: 17 Sep 2001 00:31    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

La pratique des contes, racontés principalement le soir à la veillée, diminue indéniablement dans la société moderne, et notamment dans les villes : des anthropologues ont pu à ce propos souligner le rôle négatif sur ce plan du travail des femmes, tandis que la difficulté d'organiser des veillées mortuaires en ville diminue aussi le rôle du conteur dans la société Créole. Au cours des trente dernières années, de nombreux recueils de contes traditionnels ont été publiés et étudiés par les linguistes ou les anthropologues. Ces recueils, fort utiles pour l'information des jeunes générations qui ont de moins en moins de chance de recevoir directement cette tradition orale, aident à conserver (mais figent aussi) ces récits qui se sont transmis au cours des siècles aux Antilles, en Haïti, en Guyane, en Louisiane, et dans toutes les aires créolophones de l'Océan Indien (Réunion, Maurice, Seychelles...).



Au cours d'une séance, l'introduction du conte est très ritualisée, et régulièrement le conteur relance au moyen de formules fixes l'attention du public qui risquerait de se relâcher. La fin du conte donne lieu également à un certain nombre de rituels la fin de l'histoire permet d'expliquer un phénomène naturel : pourquoi le lapin a la queue coupée.

Lorsque le conte se termine de façon positive par un repas (repas de noces par exemple), on raconte souvent que le conteur se trouve alors caché sous la table, derrière un meuble et qu'en le découvrant un des personnages lui a donné alors un coup de pied et que cela l'a projeté tellement loin qu'il est arrivé au milieu des personnes de l'assemblée pour pouvoir leur raconter l'histoire qu'il vient de raconter !



Comment lancer le conte :



Diverses formules introductives servent à lancer le conte, et le conteur les reprend de temps à autre pour animer le groupe qui est assemblé et qui écoute.



On notera les formules:

Krik-krak (cric-crac)

é krik - é krak

mistikri - mistikrak

misyé krik, misyé krak

kriké kraké

Krik ! rété Kouté... Krak ! Kouté pou Konpwann (formule qui sert de sous-titre au Contes marie-galantais de Guadeloupe d'Alain Rutil, Editions Caribéennes, 1981).



J. Laurent et I. Césaire, qui retranscrivent sans arrangement une séance de contes enregistrée, réservent une très grande place aux " cric-crac ", partout insérés :

Cric !

- Crac !

mesie ze dam, se te ã mãma, Cric!

- Crac

Se te ã mãmã ki te ni ã ti bòlòm, Cric !

- Crac !

Me li, ti bòlòm-la... Et Cric !

- Et Crac !





Conte reculli par Alain rutil à Marie Galante:



Zanba, Lapen, Tig épi Louwa



- Tim tim !

Bwa sèk

-Ni on madanm ka kouri, i pa ka jan las ?

Rivyè



Pè Louwa té ni on troupo bèf, enki bèl bèf, Lapen é Zanba té konpè é, sé boug ki té toujou enmé manjé bon gèl. Alò on jou Lapen ka di :

- Konpè Zanba an vwè pè Louwa ni dé bèl bèf la, fò nou ay pwan vyann pou nou manjé.

- Ki jan nou ké fè sa ?

- Annou alé, an sé on boug ki savan, annou alé é an ké di’w ka pou’w fè.



Alò yo pati yo pwan razwa a yo, on sak o do é yo pati. Lè yo rivé Lapen di :

- Konpè mi sa pou’w fè. Wouvè fès a bèf-la é rantré adan. Zanba rantré. Lapen fè menm biten. Yo mété yo ka détayé vyann andidan a bèf-la. Lè sak a yo plen, yo pati, yo viré. Lè landèmen yo fè menm biten, twa jou apré yo fè menm biten. Katryèm jou-la domestik a misyé Louwa ka vwè mal bèf-la ka désann ; i pa ka konpwann i ka mandé' y ka bèf-la pé ni. I ay di misyé Louwa bèf a’y ka désann. Louwa di’y i pa ka konpwann ka’y pé ni.



On jou yo kalé, yo ka touvé bèf-la kouché, bèf la mò, yo ay di Louwa sa. I fè kriyé on vétérinè pou débité’y pou chaché ka i pé ni.



Lè Lapen vwè bèf-la kalé kouché pou’y mò i di Zanba :

- Konpè fès a bèf-la ka fèmé, jòdi-la nou ké pri. Ou sav sa pou’w fè, rantré an blad a kaka-la, an ka rantré adan blad a pisa-la. Konm di, konm fèt, lè yo vin débité bèf, yo fann bèf, yo pwan blad a pisa-la, yo voltijé’y i pa ni ayen adan’y. An menm moman yo voyé sa alé, Lapen di :

- Woy, zòt ka sali konplé blan an mwen èvè blad a pisa a bèf a zòt.

Mé Zanba andidan-la i pri adan blad a kaka-la. Lapen rivé, i ka di :

- Ki biten ésa ki rivé zòt la ?

Mon chè, bèf a pè Louwa té la, i té telman bèl, an touvé i désann tou bonnman, nou fann li pou vwè ka ki adan’y ?

- Zòt tro kouyon, wouvè blad a kaka-la, zòt ké vwè si’y pa té konstipé oben si a pa kèk biten ki adan’y

Yo kouté Lapen, yo ka wouvè sa, yo ka gadé, yo ka vwè konpè Zanba byen kouché adan blad a kaka-la. Lapen soté anlè :

- An té byen di zòt sa, mi sé konpè an mwen, pwan sa fouté’y lajòl.

Yo pongné Zanba, yo menné’y ba pè Louwa. Mé i ka hélé :

- I té la osi, i té la osi, i té la osi... Lapen ka réponn :

- Pa lésé’y palé, pa lésé’y palé, fèmé gèl a’y ».



Misyé Louwa di : « pa ni dòt biten pou fè’y, sé fouwé on fè cho an fès a’y. »



I fè kriyé fòjwon a’y, yo limé difé é chofé fè-la cho. Misyé Louwa di paré fè-la é a twazè i ké vin. Lè twazè pwan misyé Louwa pwenté. I pwan fè-la i fouwé’y an fès a Zanba. Lè Zanba santi biten cho-la, i di :

- Padon misyé Louwa a pa mwen, sé konpè Lapen.

- Sa pa zafè an mwen, sila mwen tchenbé-la sé’y ki pri.



Lapen aprézan té monté adan pyé monben-la yo té maré Zanba-la. Chak monben i manjé, i ka lojé grenn-la an fès a Zanba. I ka kriyé :

- Mouch-la pa blésé bobo an mwen.



On lidé ka di’y lévé tèt a’y i ka gadé, i ka vwè sé Lapen ka fè sa :

-Konpè sé sa’w fè mwen.

Lè lè a Zanba rivé yo lagé ’y ; i ay a kaz a’y, i pòté’y malad.



On jou konpè Lapen ka pasé pou sav la misyé yé ; i vwè madanm a Zanba :

- Bonjou konmè ; é konpè an mwen ?

- Konpè malad.

- Ka ki rivé’y ?

- I malad.

- Konpè présé, démen maten i ké vini vwè’y.



Sa rété, lè landèmen i pasé, menm biten ankò :

- E konpè ?

- Sa pa kay menm

- Di’y an présé, dèmen maten an ké vin vwè’y.



Twazyèm jou-la pasé, i fè menm biten. Alò Zanba ka di ki jan i ké fè pou pongné Lapen, é pè Louwa té di’y si i tchenbé Lapen menné’y ba’y. Zanba té ni on fi ka mayé, i envité tout konpè a’y é i envité Lapen. Lapen di dépi fi a konpè a’y ka mayé, fò’y la.



On jou sanmdi, gran nòs, tout moun a tab ka manjé. Pannan yo ka manjé, Lapen mété chèz a’y a koté pou’y pé chapé pli vit. Lapen ka manjé pli vit ki tout moun. On konpè di :

- Konpè Zanba, manjé a’w la té bon, an té ké manjé ti-bren ankò.

-An ké ba’w.

- È’w konpè Lapen ?

- Ban mwen ti bren ankò.



Lè’w gadé Lapen manjé. Mé yo bizwen pongné Lapen, pa ni mwayen tchenbé misyé. Alò yo rété ka founi kozé, yo pwan on sèk, pannan Lapen ka balansé sèk a’y an gèl a’y. Zanba enki pasé dèyè do a’y, yo pongné’y yo fou’y adan on sak, yo pòté’y ba misyé Louwa. I té tèlman kontan, alòs i di :

- Mi ! sé boug an mwen an té bizwen.

Alò i fè yo chofé on fè, menm biten ki pou Zanba. Yo menné Lapen adan pyé monben-la, yo maré’y. Pwan kòd, yo maré’y, yo maré’y, yo maré’y. Lapen rété la, i fè lespri a’y travay, i ka di ka pou’y fè. I ka vwè konpè Tig ka pasé i ka di :

- Konpè ka sa yé ?

- È’w konpè Lapen, ka’w ka fè la ?

- Mon chè konpè, vin an di’w sa.

- Ka ki rivé’w konsa konpè Lapen ?

- Mon chè konpè, ou sav byen an pa tini gran fanmiy, dan an mwen kout, ou ni pli gran dan ki mwen, ou ni an gran fanmiy, misyé Louwa di mwen i ka mété mwen la, si an touvé lè mwayen démaré mwen i ka ban mwen pli bèl bèf-la ki an troupo a’y.

- Konpè Lapen, an ké pwan bèf-la, mwen an fanmiy.

- Konpè démaré mwen é an ké maré’w.



Tig gran kouyon alé i démaré Lapen é Lapen pwan kòd i maré Tig, i maré’y, i maré’y, pli fò yo té maré’y. Twazè rivé pou yo ba Lapen kout fè cho a’y. Olyé sé Lapen, sé Tig ki la. Lè Tig vwè fè cho-la i kriyé :

- Padon pè Louwa, sé Lapen ki mété mwen-la.

- An pa konnèt, sila mwen tchenbé, la sé’y en ka brilé.

Yo fouré fè la an fès a Tig. I ozabwa, fès a’y chodé. Tig pòté’y malad, yo fè di Lapen Tig malad. Lapen réponn i pòkò ni tan, mé i ké vin vwè konpè a’y. Alò, sa rété, Lapen pa ka vin, sa rété Lapen pa ka vin, sa rété Lapen pa ka vin. Alò on jou, Tig fè di tout konpè a’y byen malad. I di madanm a’y, ay di tout lé konpè : - Ou sav sa ki rivé, mwen pèd mari an mwen.



Lè i rivé a ka Lapen, i di’y sa. Lapen ka di :

- Konmè, konpè Tig mò, sé vwé ?

- Wi sé vwé.

- Fò mwen vin vwè konpè pou mwen ay lantèman.

Lapen vin a ka Tig, i touvé tout lé konpè-la. I rété doubout dèwò-la épi parapli a’y. On ti lapli té ka tonbé, i wouvè parapli a’y. Yo di’y rantré. I di i pa ka rantré, i ni parapli a’y. I di :

- Zòt sèten Konpè mò, y byen mò.

- Mé wi konpè. Dépi on moun mò, i byen mò.

- Gouyé’y pou mwen vwè.

Yo gouyé Tig, ayen menm. Lapen woupwan :

- Zòt sèten Konpè an mwen mò, i byen mò.

- Wi, i byen mò, vin tchoké’y si’w vlé.

Mé Tig té ja mété gran hach a’y koté’y pou’y tchouyé Lapen. Mé Lapen di :

- Gouyé’y ankò pou mwen vwé.

Yo gouyé’y. Tig mò. Lapen di :

- Zòt sèten i mò ? I pòkò pété ?

Tig gran kouyon-la, i rété i pété boum. Lapen di :

- Woy, ola zòt ja janmé vwè moun mò ka pété. Lapen fouté galo, i fouté galo. An pasan a’y, Tig fouté on sèl kout hach dèyè’y, sé dépi sa Lapen rété èvè on mòso ké.



Traduction :



Zanba, Lapen, Tig épi Louwa



Le Roi avait un troupeaux de boeufs, rien que de beaux boeufs ; Lapin et Zamba étaient amis et c'étaient des gens qui aimaient toujours bien manger. Alors un jour, Lapin dit :

- Compère Zamba, j'ai vu que le Roi avait deux beaux boeufs ; il faut que nous allions prendre de la viande pour manger.

- Comment allons-nous faire cela ?

- Allons-y, je suis intelligent, allons-y, et je te dirai ce qu'il te faudra faire.



Alors, ils allèrent chercher leur rasoir, un sac à dos et ils partirent. Lorsqu'ils arrivèrent, Lapin dit :

- Compère, voilà ce qu'il te faut faire. Ouvre les fesses du boeuf et entre dedans.

Zamba entra. Lapin fit la même chose. Ils se mirent à découper la viande à l'intérieur du boeuf. Quand leur sac fut plein, ils partirent, ils rentrèrent. Le lendemain, ils firent la même chose, trois jours après, encore la même chose. Le quatrième jour, le domestique du Roi vit que le le taureau allait mourir ; il ne comprenait pas, il se demandait ce que la bête pouvait avoir. Il alla dire au Roi que son boeuf était en train de mourir. Le roi lui dit qu'il ne comprenait pas ce qu'il pouvait avoir.



Un jour où ils retournaient, ils trouvèrent le boeuf couché, le boeuf était mort. Ils allèrent le dire au Roi. Celui-ci fit appeler un vétérinaire pour l'ouvrir et voir ce qu'il pouvait avoir eu.



Lorsque Lapin vit que le boeuf allait se coucher pour mourir, il dit à Zamba :

- Compère, les fesses du boeuf vont se fermer, aujourd'hui nous serons pris. Tu sais ce que nous allons faire : entre dans le rectum, je rentrerai dans la vessie.

Sitôt dit, sitôt fait.



Lorsqu'ils vinrent découper le boeuf, ils le fendirent, ils prirent la vessie, et la lançèrent, il n'y avait rien dedans. Au moment-même où ils l'envoyaient, Lapin dit :

- Aïe, vous avez sali mon complet blanc avec la vessie de votre boeuf.

Mais Zanba à l'intérieur était coincé dans le rectum. Lapin s'approcha et dit :

- Qu'est-ce qui vous est arrivé ?

- Mon cher, le boeuf du Roi était là, il était tellement beau, je l'ai trouvé en train de mourir, nous le découpons pour voir ce qu'il y a dedans.

- Vous êtes trop bêtes : ouvrez le rectum, vous verrez s'il n'était pas constipé, ou s'il n'y avait pas quelque chose là-dedans.



Ils écoutèrent Lapin, ils ouvrirent, ils regardèrent et ils virent Compère Zamba bien couché dans le rectum. Lapin sauta en l'air :

- Je vous avais bien dit cela : voilà mon Compère, attrapez-le pour le mettre en prison !

Ils prirent Zamba, ils l'emmenèrent au Roi. Mais il criait :

- Il était là aussi, il était là aussi, il était là aussi...

Lapin répondit :

- Ne le laissez pas parler, ne le laissez pas parler, faites-le taire.

Le Roi dit : " Il n'y a rien d'autre à lui faire que de lui fourrer un fer chaud aux fesses ". Il fit appeler son forgeron, on alluma le feu et on chauffa le fer très fort. Le Roi dit de préparer le fer et qu'il reviendrait à trois heures.



A trois heures, le Roi arriva. Il prit le fer et il le colla sur les fesses de Zanba. Lorsque Zanba sentit la chaleur, il dit :

- Pardon, Monsieur le Roi, ce n'est pas moi, c'est Compère Lapin.

- Ce n'est pas mon affaire : celui que je tiens, c'est ce lui qui est paye.



Lapin était alors monté sur le mombin auquel était attaché Zanba. Chaque mombin qu'il mangeait, il flanquait le noyau sur les fesses de Zamba. Il criait :

- Mouche, ne touche pas mes blessures.

Une idée lui fit lever la tête et regarder, il vit que c'était Lapin qui faisait cela :

- Compère, c'est ça que tu me fais !



Quand l'heure de Zamba fut venue, ils le lachèrent ; il alla chez lui et se fit porter malade.

Un jour que Compère Lapin passait pour savoir comment était Zamba, il vit sa femme :

- Bonjour, ma commère : et mon compère ?

- Il est malade.

- Qu'est-ce qui lui est arrivé ?

- Il est malade.

- Son Compère est pressé, demain matin il viendra le voir.



On en resta là, le lendemain il passa, et ce fut la même chose :

- Et mon compère ?

- Cela ne va pas du tout.

- Dites-lui que je suis pressé, demain matin je viendrai le voir.

Le troisième jour arriva, il fit la même chose. Alors Zamba se demandait comment il ferait pour attraper Lapin, et le Roi avait dit que s'il y parvenait, qu'il le lui amène.



Zamba avait une fille qui se mariait. Il invita tous ses amis et il invita Lapin. Lapin dit que si la fille de son compère se mariait, il fallait qu'il soit là.





Un samedi, ce fut les noces. Tout le monde à table mangeait. Pendant qu'on mangeait, Lapin avait mis sa chaise à l'écart pour pouvoir s'échapper plus vite. Lapin mangeait plus vite que tout le monde. Quelqu'un dit :

- Compère Zamba, ton repas était bon : j'en reprendrais bien un peu encore.

- Je vais t'en donner.

- Et toi, Compère Lapin ?

- Donne-m'en encore un peu.



Si vous voyiez manger Lapin ! Mais il leur fallait attraper Lapin, il n'y avait pas moyen de le prendre. Alors, ils restaient à bavarder, ils prirent un "sec". Pendant que Lapin avalait d'un coup son sec, Zanba se contenta de passer derrière son dos, ils l'attrapèrent et le jetèrent dans un sac, ils le portèrent au Roi. Il était tellement content, alors il dit :

- Voilà ! c'est l'homme qu'il me fallait.

Alors il fit chauffer un fer, comme pour Zamba. On emmena Lapin au monbin, on l'attacha. Ils prirent une corde et ils l'attachèrent le plus serré qu'ils purent. Lapin demeura là. Il faisait travailler son esprit, se demandant ce qu'il pouvait bien faire. Il vit Compère Tigre qui passait. Il lui demanda :

- Compère, comment ça va ?

- Et toi Compère Lapin, qu'est-ce que tu fais là ?

- Mon cher Compère, viens que je te raconte cela.

- Qu'est-ce que qui t'est arrivé Compère Lapin ?

- Mon cher Compère, tu sais bien que je n'ai pas une grande famille, que mes dents sont petites, tu as de plus grandes dents que moi, tu as une grande famille ; le Roi m'a dit qu'il me mettait là et que si je trouvais un moyen de me détacher, il me donnerait le plus beau boeuf de son troupeau.

- Compère Lapin, je prendrai le boeuf : j'ai une famille.

- Compère, détaches-moi et je t'attacherai.



Tigre est un grand imbécile : il détacha Lapin qui prit la corde pour attacher Tigre, encore plus serré qu'on ne l'avait attaché. Ce fut alors trois heures, l'heure prévue pour donner à Lapin son fer chaud. Au lieu de Lapin, c'était Tigre qui était là. Lorsque Tigre vit le fer chaud, il cria :

- Pardon, Monsieur le Roi, c'est Lapin qui m'a attaché là.

- Je ne veux pas le savoir : celui que je tiens, c'est celui que je brûle.

On mit le fer aux fesses de Tigre. Il était dans tous ses états, les fesses ainsi brûlées. Tigre se porta malade et on annonça à Lapin que Tigre était malade. Lapin répondit qu'il n'avait pas le temps mais qu'il viendrait voir son compère.



Alors, une nouvelle fois le temps passa, Lapin ne venait toujours pas. Un jour, Tigre fit dire à tous ses amis qu'il était très malade. Il dit à sa femme de dire à tous ses amis : - Savez-vous ce qui est arrivé : j'ai perdu mon mari.

Quand elle arriva chez Lapin, c'est ce qu'elle dit. Lapin dit :

- Commère, Compère Tigre est mort ? est-ce vrai ?

- Oui, c'est vrai.

- Il faut que je vienne voir mon Compère pour aller à l'enterrement.



Lapin vint chez Tigre, il rouva là tous ses amis. Il resta debout dehors avec son parapluie. Une petite pluie tombait, il ouvrit son parapluie. On lui dit d'entrer. Il dit qu'il n'entrait pas, qu'il avait son parapluie. Il dit :

- Etes-vous sûrs que Compère est mort, vraiment mort ?

- Mais oui, Compère. Il est aussi mort qu'on peut l'être.

- Remuez-le pour que je voie.

- On remua Tigre, rien ne se passa. Lapin reprit :

- Vous êtes sûrs que mon Compère est mort, vraiment mort ?

- Oui, il est vraiment mort, viens le toucher si tu veux.



Mais Tigre avait pris une hache près de lui pour tuer Lapin. Lapin dit :

- Remuez-le encore pour que je voie.

On le remua. Tigre était mort. Lapin dit :

- Vous êtes sûrs qu'il est mort ? A-t-il déjà pété ?

Tigre, ce grand imbécile, se mit à péter " boum ". Lapin dit :

- Aïe, où avez-vous déjà vu un mort péter ?

Lapin fila au galop. Alors qu'il passait, Tigre lui flanqua un coup de hache par derrière : c'est depuis ce temps là que Lapin n'a plus qu'un bout de queue.





Maintenant à votre tour de nous conter de belles!



Pawol la té bèl! .

Revenir en haut
Algosbo
Nouveau


Inscrit le: 05 Sep 2001
Messages: 4

  Posté le: 18 Sep 2001 21:11    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

Joli conte

j'en tire la morale suivante:

Méfions nous des tigres qui pètent!

Yes A pli ta
Revenir en haut
sider
Assistant
Assistant


Inscrit le: 29 Aoû 2001
Messages: 404
Localisation: PARIS - MARTINIQUE - GUADELOUPE

  Posté le: 16 Jan 2002 11:00    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

labous ou lavi

antan lontan sa pa si vyé,
matinik té an bel péyi.
dlo toupatou, bèl larivyè,
té ni pyébwa, té ni fréchè.
mango atè an gran chimen,
jik an tèt mon té ni jaden.
an mitan bouk kann té ka pousé.
lavi-a té rèd men i té djé,
té ni trvay pou sa ki té lé.
lavi-a té bèl, men magré sa,
té toujou ni dé neg fenyan
ki té simyé séré an kann,
ka baré moun pou volè yo.
pas antan lontan sé konsa yo té ka kriyé
lé révolté ki té ka séré
pou chapé anba lèsclavaj.
an bonmaten, an krèy masè
soti lannmès, yo té ka monté.
an tan-tala sé lopital,
sé masè-a té ka rété.
lé yo rivé ant dé kann-la,
dé neg mawon soti déwo.
sé boug-la té lèd.sé boug-la té sal,
enpé renyon alantou yo.
yo kryié "labous ou lavi!"
men tou moun sav ki pa djè ni pli maléré ki an masè.
sé chaplè nou selman nou ni.

fab Kréyol

_________________
plis fos

Revenir en haut
971style
Assistant
Assistant


Inscrit le: 06 Nov 2001
Messages: 1397
Localisation: Dnieprovskyi

  Posté le: 16 Jan 2002 11:51    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

Super Sider !!
Mais n'oublie pas de traduire.
VolCréole est international maintenant. (même des allemands !)
Revenir en haut
vayan
Habitué
Habitué


Inscrit le: 15 Nov 2001
Messages: 139
Localisation: 93 (from gwada)

  Posté le: 16 Jan 2002 20:32    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!


Ah le bon vieux temps , je me souviens de ces bons moments qu'on passait à la tombée de la nuit avec les anciens qui nous racontaient des contes.

Merci pour ces bons souvenirs sider

Dlo pan:.......le coco
Dlo doubout:....La canne
Eh ainsi de suite
Revenir en haut
sider
Assistant
Assistant


Inscrit le: 29 Aoû 2001
Messages: 404
Localisation: PARIS - MARTINIQUE - GUADELOUPE

  Posté le: 31 Jan 2002 03:47    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

An lòt ti KONT:

Yé Krik !
Yé Krak!
Eh bien si la cour ne dort pas, lévé kouté pou tann ti histoi ta là:

Lapin ki vlé mandé Bondyé tiboin lèspri


(conte de la Guadeloupe raconté par J.HM)

- Aaa, sé timoun-la : zò sanblé alantou moin kon kouliwou adan on fè-blan. Ka zò vlé an rakonté zòt ?
- Aaa ebin, tou bòneman, rakonté-nou listoua a Konpè Lapin.
- A bon : ebin bon ; kouté byen, fè byen atansyon.

On jou, Konpè Lapin, ki té ja malin malin a-y, trouvé i pa té asé malin. Alos i pran on gran léchèl, e i monté klik klik klik klik klik... : i alé trouvé Bondyé. I di : "Bondyé, ou mété-moin asu latè, an pu kouyon ku pèrsòne ; an té ké vlé ou ban-moin tiboin lèspri."

Bondyé di : "On ti boug kon ou, tèlman savan ; ou ka kouyoné tout moun..."

- Ebin, Bondyé, si ou té vlé ban moin tiboin lèspri kan mème !

Alò Konpè Bondyé di Konpè Lapin : "Bon : wutouné asi latè, e dan ui jou, ou ké Rapòté-moin : dan a Zanba, pwal a kochon mawon, lèt a vach sovaj, kaka tig, tusa adan on ti (...) èspanyol la ou ké fè rantré koulèv é sèt pitit a-y... Bon, alé, é wutouné apré ui jou, in ?"
- Oui, Bondyé.

Alò Konpè Lapin wudesand tousuit anba latè, é kan i rivé, i tonbé douvan on gran pyé-(...) : on pyé-(...) èspanyol, e ki té plin makak. I di : "Gay sé makak-la : oui, zò lèd... ! Ka zòt ka santi !"
Alor, makak pa té kontan ! Yo komansé pran (...) an pyébwa-la, é yo voyé su Lapin : bip, bip, bip, bip, bip, bip, bip, bip...
Lapin ki té ka atand inki sa, ramasé on (...) ; i pran-y, i koupé tèt-la, é i pati...

Rivé douvan kaz a Konpè Zanba, i vwè on ti pyé-gonbo douvan pòt-la, i kuéy on gonbo, i fè on ti dlo-gonbo, é simé douvan pòt a Konpè Zanba, é i pran mandoline-a-y, é i komansé joué :

"zoué-la té zoué
zoué-la té zoué
zoué-la té zoué
sé moin-mème ki konpè
ki samangyoubay nyan nyan nyan nyan
sa man gyoubay"

Konpè Zanba ki té atab, ka manjé avè madam-a-y, tand muzik-la ; i di : "Aaa... ki bèl muzik è sa." I vansé tèt a-y é i vouè sé Konpè Lapin ki té ka joué muzik-la. I di : "Aaa konpè, oui, bèl plézi ou ka fè moin !" é i sòti, é i mété-y ka dansé. Kan i mété-y ka dansé, ti dlo a gonbo-la ki té glisant, - pas ou sav gonbo ka glisé an gòj a maléré - ébin, anlè latè a Zanba, sa fè parèy : Zanba inki glisé, épi i tonbé, é i kasé on dan a-y. Aaa Konpè Lapin di : "Aaa Zanba, ki malè ! Koman sa té rivé ou, non !!!" Alòr, Zanba di : "Ebin, monchè, sé arivé : an té kontan muzik-la, dan-la kasé ; manfou a sa !" Alòr Konpè Lapin di : "Mé ka ou ké fè épi dan-la ? Pa ni ayin pou fè avè sa. Ban-moin-y : sé timoun an-moin-la ké joué avè sa." Konpè Zanba di : "Ebin pran-y !" Alò Konpè Lapin pran ti-dan a Konpè Zanba, i mété-y an (...)-dèspagne, é i pati.

Kan i rivé tiboin plu loin, i tonbé douvan on chan kochon mawon : ou sav, sé gwo kochon, nouè, vilin, yo lèd... yo té ka labouré tè-la : kron, kron, kron, kron... Chak mòt-tè-la té ka voltijé anlè, gwòsè a kaz-la. Konpè Lapin vini gadé-yo. I di-yo : "Mé, koman zòt pé fè travay kon sa san chanté on ti chanson ?" Alòr, chèf a sé kochon-mawon-la di : "Et... si nous n'connaissons rien !". Alòr Konpè Lapin di-yo : "Mé, mi on bèl ti chanson zòt pé chanté : "Dan a Zanba kasé ; dan a Zanba kasé ; dan a Zanba kasé...."" Alò Konpè Kochon-Mawon di : "Mé, kitan ?" - "Ebin toutaleu-la... Zanba té vlé fè gran misyé a-y, i dansé, i tonbé, dan-a-y kasé". Alò Konpè Kochon-Mawon di : "Ebin, ban-nou fè chanté sa !" E yo mété yo tout, tout sé kochon-la, ka chanté : "Dan a Zanba kasé ! dan a Zanba kasé ! dan a Zanba kasé !" Alòr, toutosito, Konpè Lapin wutouné devan kaz a Konpè Zanba, é i di : "Konpè ! on ti maleu sòti rivé-ou : tout on chan kochon-mawon ja ka kònèt sa, é yo ka chanté : "Dan a Zanba kasé ! dan a Zanba kasé !..."" Konpè Zanba bay on seul koudpoin anlè tab-la, i kasé dizuisan zasyèt, san konté léfélé, i lévé, i pran sab-a-y, é i di : "nou kalé vouè sa !".

I alé avè Lapin a chan a kochon-mawon, é i komansé fouté sé kochon-mawon-la chak kou-d-sab : wach, wach, wach, wach... Chak kou-d-sab-la, pwal ka voltijé toupatou ; alò Konpè Lapin lésé Zanba démèrdé-y avè sé kochon-mawon-la ; i ramasé on peu pwèl, é i mét-y an (...)-dèspagne-a-y... é i pati.

I ka rivé tiboin plu loin, an gran bour-la : i ka vouè on vach sovaj. I di : "Aaaa, mapòv vach ! koman ou é la : mamèl-a-ou, gwosè a on zéléfan, hon... Pitit-a-ou pa ka tété ?" Alòr komè vach di : "Ebin pitit-an-moin tèlman fèb, i pa mème ni fòs vini tété !" Alò Konpè Lapin di-y : "Ebin, moin ké wòté lèt-la pou-ou, si ou vlé !" Komè vach di : "Ebin, oui !" Mé Konpè Lapin di : "Oui, mé, atansyon, fo-moin maré katpat a-ou byen, pas, peutèt défwa sa peu fè-ou mal ! Tété-a-ou tèlman gwo ! Fo moin maré-ou, otreman, ou peu fè on jès, ban-moin on kou-d-pyé, épi kasé moin andeu !" Alòr Vach di : "Ebin, maré, maré...." Alòr Konpè Lapin pran on peu lyane, é maré Vach, maré Vach, maré Vach... é i pran ti (...)-dèspagne-a-y, i mété anba mamèl a vach-la, é i komansé : dzing, dzing, dzing, dzing, dzing, dzing... I pran on peu lèt. Alòr kan i fini, i di : "Bon, orevwa, in ?". Alòr vach-la di : "Mé, démaré-moin !" - Aaaa, moin présé, an pa ni tan, an pa ni tan..." E i pati pou alé chèché... kaka-tig, pis sé sa i té ka rèst-y pou pran.

Kaka-tig ! i di : "Aaa wè ! mé tig-la, in, an pa sav si an ké pé rivé a-bout-a-y !" Alòs i mété-y adan on koin, épi, i kaka i mème, i pran kaka-a-y, i mété-y... an (...)-dèspagne-a-y. I di : "Ebin, apwézan, i ka rèsté-moin : koulèv é sèt pitit-a-y !" Alòr, i pati, i chèché, i chèché, i fini pa touvé koulèv !

Rivé douvan twou a koulèv, i di : "Fo moin fè-y sòti apwézan, koulèv-la, pas i pé ké sòti toubòneman kon sa !" I mété-y douvan pòt-la, i di : "Non, i pé ké antré - Oui, i ké antré ! - Non, i pé ké antré ! - An di-ou : oui i ké antré !" Alòr, koulèv lonji tèt-a-y, padewò a twou-la, é i di : "Ka ki douvan pòt-an-moin kon sa ?" Alò Konpè Lapin di-y : "Makak é Konpè Rina ki di ou pé ké jin pé rantré an ti (...)-déspagne-la-sa avèk sèt pitit-a-ou !" Alòr, Konpè Koulèv di-y : "Atand tiboin !" E i wudésand. Pandan se-tan, timoun a Konpè Koulèv té ka manjé on soup, mé on soup tèlman pimanté, pèsòne pa té peu manjé-y, sòf dènyé piti-la ki té ka di, chak kou-la : "Manman di : sa ki....h.... fè....chuit.... h..., i ké voyé-yo...h... aka Konpè.... Tòtu...." Alòr, kan i ka fè sa, on ti van ka pasé an bouch-a-y, é i paka brulé-y, tandis ke toulezòt frè-la ki té la, ka soufè, ka soufè, é yo pa ka nòz fè "chuit, chuit", pis yo ké voyé yo aka Konpè Tòtu ki ké manjé-yo.... Alò Konpè Koulèv di-yo : "Mézanfan, apa tousa apwézan, vini ! Sòti dèwò, é nou ka rantré tout adan sa, in...." wwwap... I glisé tèt-a-y, i rantré, i rantré, i fè plas pou tou lésèt pitit, é lésèt pitit étan rantré, Lapin alé fèmé ti kalbas-a-y, avè tèt-la i té koupé la, é i wupati tousuit pou wumonté aka Bondyeu.

Mé, adan tousa, an tout déba-la-sa, pa mème dé jou ki pa pasé, é i ka rivé aka Bondyeu, i ka di : "Bondyeu, mi komisyon-a-ou !". Bondyeu di : "Koman ! ki komisyon ? - "Mé, ou té mandé-moin ki butin, ki butin, ki butin... mi yo !" Alòr, ofu-amezu, koulèv ka sòti, pwèl a kochon-mawon, lèt a vach sovaj, kaka-tig... é anfin, tou sa Bondyeu té mandé-y... Alò Bondyeu di : "Koman, moin ba-ou ui jou pou fè sa, é pòkò ni deu jou, ou ka fini ! é ou ka mandé-moin lèspri ankò ! Mé, dabò pou yòne : sa pa kaka-tig !" - Haaa, Lapin ka di : "Mé wi Bondyeu, sé kaka-tig mème ! Haaa, nou goumé, in, pou an téni-y !" I di : "Non, apa kaka-tig !" - "Haaay : si !". - "Moin ké voyé on moun chèché kaka-tig mème, é nou ké konparé, é si apa kaka-tig, ou ka konprand sa ké rivé-ou, in !" Alò, Konpè Lapin pran pèu, i komansé di : "Ebin, Bondyeu, èskizé-moin ! mé adan goumé-la an fè avè tig-la, ha, ou sav, sa té on goumé ki té rèd, in : nou kaka toulédeu, alòs an pran premyé kaka-la ki vini ! peutèt apa kaka-tig-la, sé tan-moin !" Alò Bondyeu di : "Ebin, pis sé sa, an ka pardòné-ou, mé, ou ja asé savan pis ou pòté tou sa an mandé-ou an moin de deu jou ! ou two savan déjà !" Alòs i pran Lapin, i ba-y on kalòt dèyè tèt : "phhhax !" Lapin tonbé su latè, é sé dépi i fè sa, pu kué on lapin, ou ka ba-y on kou-d-matrak dèyè tèt, é i ka mò fwèt !!!


Traduction:


- Aaah, les enfants ! Vous êtes là autour de moi comme des coulirous dans une boîte. Qu'est-ce que vous voulez que je vous raconte ?
- Aaah, eh ben, tout simplement, racontez-nous l'histoire de Compère Lapin !
- Ah bon ! eh ben, bon : écoutez bien, faites-bien attention.

Un jour, Compère Lapin, qui était déjà très très malin, se dit qu'il n'était pas assez malin. Alors il prit une grand échelle, et il monta klik klik klik klik... : il alla trouver Dieu et il lui dit : "Mon Dieu, vous m'avez mis sur la terre, mais je suis plus bête que tout ; j'aimerais que vous me donniez un peu d'intelligence".

Dieu lui répondit : "Un petit bonhomme comme toi ! tellement savant ! tu trompes tout le monde..."

- Eh bien, mon Dieu, si vous voulez bien me donner un peu d'intelligence quand même !

Alors Dieu dit à Compère Lapin : "Bon : retourne sur la terre, et dans huit jours, tu me rapporteras : une dent de Zamba, des poils de cochons marrons, du lait de vache sauvage, une crotte de tigre, tout ça dans un petit coco d'Espagne où tu auras fait entrer la couleuvre et ses sept petits... Bon, vas-y et reviens dans huit jours, hen ?"
- Oui, mon Dieu.

Alors Compère Lapin redescendit tout de suite sur la terre, et quand il arriva, il tomba devant un grand cocotier : un cocotier espagnol et qui était plein de singes. Il dit : "Regardez ces singes ! Ils sont laids, oui !... Ce qu'ils sentent !" Alors les singes n'étaient pas contents ! Ils commencèrent à prendre des cocos dans l'arbre, et ils les envoyèrent sur Lapin : bip, bip, bip, bip, bip, bip... Lapin qui n'attendait que ça, ramassa un coco ; il le prit, lui coupa la tête, et il partit.

Arrivé devant la maison de Compère Zamba, il vit un pied de gombos devant la porte, il en cueillit un, il fit une petite sauce, et il la répandit devant la porte de Zanba, puis il prit sa mandoline et il commença à jouer :

"zoué-la té zoué
zoué-la té zoué
zoué-la té zoué
sé moin-mème ki konpè
ki samangyoubay nyan nyan nyan nyan
sa man gyoubay"

Compère Zamba qui était à table et qui mangeait avec sa femme, entendit la Musique ; il dit : "Aaah... quelle belle Musique ! " Il pencha la tête et il vit que c'était Compère Lapin qui jouait de la Musique. Il dit : "Aaah, Compère, oui ! Quel plaisir tu me fais !" et il sortit, il se mit à danser. Quand il se mit à danser, la sauce à gombos qui était glissante - parce que, vous savez, les gombos glissent dans le gosier des pauvres -... et bien elle fit pareil devant la porte de Zamba : il glissa, il tomba, et il se cassa une dent. "Aaah, dit Compère Lapin, Aaaah Zamba, quel malheur ! Comment ça t'est arrivé !!!" Alors, Zamba dit : "Eh ben, mon cher, c'est arrivé : j'étais content de la Musique, la dent s'est cassée, je m'en fiche !" Alors Compère Lapin dit : "Mais qu'est-ce que tu vas faire avec cette dent ? Il n'y a rien à faire avec ça. Donne-la moi : mes enfants joueront avec." Compère Zamba dit : "Eh ben, prends-la !" Alors Compère Lapin prit la dent de Compère Zamba, il la mit dans son coco d'Espagne, et il partit.

Quand il arriva un peu plus loin, il tomba devant un champ de cochons marrons : vous savez, ces gros cochons, noirs, méchants, très laids... ils labouraient la terre : kron, kron, kron, kron... Chaque motte de terre voltigeait, grosse comme une maison. Compère Lapin vint les regarder. Il leur dit : "Mais, comment vous pouvez faire un tel travail sans chanter une petite chanson ?" Alors, le chef des cochons marrons dit : "Et si nous ne connaissons rien !" Alors Compère Lapin leur dit : "Mais, voilà une belle petite chanson que vous pouvez chanter : "La dent d'Zamba est cassée ; la dent d'Zamba est cassée ; la dent d'Zamba est cassée..." Alors Compère Cochon-Marron dit : "Mais, quand ?" - Eh ben, tout à l'heure... Zanba voulait faire l'intéresant... il a dansé, il est tombé, sa dent s'est cassée". Alors Compère Cochon-Marron dit : "Eh ben, fais-nous chanter ça !" Et ils se mettent tous, tous les cochons marrons, à chanter : "La dent d'Zamba est cassée ! La dent d'Zamba est cassée ! La dent d'Zamba est cassée !". Aussitôt, Compère Lapin retourne devant la maison de Compère Zamba et il dit : "Compère ! un petit malheur vient de vous arriver : tout un champ de cochons marrons connait déjà l'affaire, et ils chantent : "La dent d'Zamba est cassée ! La dent d'Zamba est cassée !"" Compère Zamba donne alors un énorme coup de poing sur la table, il casse dix-huit-cents assiettes, sans compter celles qui sont fêlées, il prend son sabre, et il dit : "Nous allons aller voir ça !"

Il partit donc avec Lapin jusqu'au champ des cochons marrons, et il commença à donner aux cochons marrons plein de coup de sabre : wach, wach, wach, wach... A chaque coup de sabre, le poil voltigeait partout ; alors Compère Lapin laissa Zamba se débrouiller avec les cochons ; il ramassa un peu de poil, il le mit dans son coco d'Espagne... et il partit.

Il arriva un peu plus loin, dans un grand bourg : il vit une vache sauvage. Il dit : "Aaah, ma pauvre vache ! comme vous êtes là ! vos mamelles sont grosses comme un éléphant, ho... Votre veau ne tète pas ?" Alors Commère Vache dit : "Eh ben, mon veau est tellement faible, il n'a même pas la force de venir téter !" Alors Compère Lapin lui dit : "Eh ben, je puis vous enlever du lait, si vous voulez !" Commère Vache dit : "Eh ben, oui !" Mais Compère Lapin dit : "Oui, mais attention, il faut que je vous attache les quatre pattes soigneusement parce que, peut-être ça peut vous faire mal ! Vos pis sont tellement gros ! Il faut que je vous attache, autrement, vous pouvez faire un geste, me donner un coup de pied, et me casser en deux !" Alors Vache dit : "Eh ben, attachez, attachez..." Alors Compère Lapin prit une liane, il attacha Vache, il l'attacha très serrée... et il prit son petit coco d'Espagne, il le mit sous le pis de la vache, et il commença : dzing, dzing, dzing, dzing, dzing, dzing... Il prit un peu de lait. Alors quand il eut fini, il dit : "Bon, au revoir, hen ?" Alors Vache lui dit : "Mais, détachez-moi !" - Aaaah, je suis pressé, je n'ai pas le temps...." Et il partit pour aller chercher... la crotte de tigre, puisque c'est ça qu'il lui restait à trouver.

Une crotte de tigre ! Il se dit : "Aaah , ouais ! mais le tigre, hen, je ne sais pas si je vais en venir à bout !" Alors il se mit dans un coin, et puis il se soulagea, il prit une crotte, il la mit.. dans son coco d'Espagne. Il dit : "Eh ben, à présent, il me reste : la couleuvre et ses sept petits !" Alors, il partit, il chercha, il chercha, il finit pas trouver la couleuvre !

Arrivé devant le trou de la couleuvre, il se dit : "Il faut que je la fasse sortir, cette couleuvre, parce qu'elle ne va pas sortir simplement comme ça !". Il se mit devant la porte, et il dit : "Non, elle n'entrera pas - Si, elle entrera ! - Non, elle n'entrera pas ! - Si, je vous dis : elle entrera !". Alors, Couleuvre sortit la tête hors du trou, et elle dit : "Qui est devant ma porte comme ça ?" Alors Compère Lapin lui dit : "Macaque et Compère Renard qui disent que vous ne pourrez jamais entrer dans ce petit coco d'Espagne avec vos septs enfants !" Alors Commère Couleuvre lui dit : "Attends un peu !" Et elle redescendit. Pendant ce temps, ses enfants mangeaient une soupe, mais une soupe tellement pimentée que personne ne pouvait la manger, sauf le dernier enfant qui disait à chaque fois : "Maman a dit : celui qui fait "chuit", il ira chez Compère Tortue..." Alors quand il faisait ça, un petit souffle passait dans sa bouche, et il ne se brûlait pas, tandis que ses autres frères qui étaient là, souffraient terriblement, et ils n'osaient pas faire "chuit, chuit", puisqu'on devait les envoyer alors chez Compère Tortue pour qu'ils soient mangés... Alors Commère Couleuvre leur dit : "Mes enfants, ça suffit, venez ! Allons dehors, et nous allons tous entrer là-dedans, hen..." wwwap. Elle glissa sa tête, elle entra, elle entra, elle fit la place pour les septs enfants, et les sept enfants étant entrés, Lapin ferma sa petite calebasse, avec la tête qu'il avait coupée, et il repartit tout de suite pour remonter chez Dieu.

Mais, avec tout ça, dans toute cette affaire, il ne s'était même pas écoulé deux jours, et il arriva chez Dieu, il dit : "Mon Dieu, voilà vos commissions !" Dieu dit : "Comment, quelles commissions ? - "Mais, vous m'avez demandé telle chose, telle chose, telle chose... les voilà !" Alors, au fur et à mesure, Couleuvre sortit, les poils de cochon marron, le lait de vache sauvage, la crotte de tigre... et enfin, tout ce que Dieu lui avait demandé... Alors Dieu dit : "Comment, je t'ai donné huit jours pour faire ça, et ça ne fait pas encore deux jours, et tu as fini ! et tu me demandes de l'intelligence encore ! Mais, d'abord : c'est pas une crotte de tigre, ça !" - Haaa, Lapin dit : "Mais oui, mon Dieu, c'est une vraie crotte de tigre ! Aaah, quelle bagarre, hein pour l'obtenir !" Dieu dit : "Non, c'est pas une crotte de tigre !" - Aaah, si !" - "Je vais envoyer quelqu'un chercher une vraie crotte de tigre, et nous pourrons comparer, et si c'est pas une crotte de tigre, tu peut imaginer ce qui va t'arriver, hen !" Alors, Compère Lapin se mit à avoir peur, il commença à dire : "Eh ben, Mon Dieu, excusez-moi ! mais dans cette bagarre-là que j'ai eue avec le tigre..., ah, vous savez, c'était une sacrée bagarre : on a fait des crottes tous les deux, alors j'ai pris la première crotte venue ! peut-être que ce n'est pas une crotte de tigre, celle-là, que c'en est une à moi !" Alors Dieu dit : "Eh bien, puisque c'est ça, je te pardonne, mais tu es déjà tellement futé puisque tu as porté tout ce que je t'avais demandé en moins de deux jours ! Tu es trop futé déjà !" Alors il prit Lapin, il lui donna une grosse tape derrière la tête : "phhhax !" Lapin retomba sur la terre, et c'est depuis que Dieu a fait ça que pour tuer un lapin, on lui donne un coup de gourdin derrière la tête, et il tombe raide mort !!!


Pawol là té bèl!

Si vous connaissez des contes venez nous les faire découvrir ici en cliquant sur répondre !

A+
Revenir en haut
sexyna
Membre
Membre


Inscrit le: 29 Sep 2001
Messages: 287
Localisation: France

  Posté le: 03 Fév 2002 18:58    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

salut sider!!
merçi pour tes contes!!!
tu es vraiment très courageux pour taper ces contes, car ils sont longs...
c'est une façon d'encourager tous les autres membres et moi mème à en faire autant!!!
Revenir en haut
Rico Dom
Grand Animateur
Grand Animateur


Inscrit le: 04 Fév 2002
Messages: 1016
Localisation: Fontenay sous Bois

  Posté le: 06 Fév 2002 03:05    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

Petit exercice de style d'anglo-kreol des années en temps longtemps à Pointe à Pitre !

"Mother john voyé john go to school !
but ! john is a leasy boy ! he no go to school and going in on the polygon !!
in the polygone he have many "mango's tree's" !
john grimp on the mango's tree's, and eat many mango's !
Master Coco see john !!
he hèle after john !!!
lè john see Master Coco he bigin frèt !!
go dawn branche's par branche's and cross the country !!
Master Coco hale a jambett on is poket !!
and put on the jambett on is dos !!!
dèpi ce day !
lè mother john voyé john go to school !!
john go to school !!!!
Revenir en haut
sider
Assistant
Assistant


Inscrit le: 29 Aoû 2001
Messages: 404
Localisation: PARIS - MARTINIQUE - GUADELOUPE

  Posté le: 06 Fév 2002 15:37    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

Vraiment lovely ton exercise!
J'en tire the lesson : Pa mangé mango micié Coco!
Je ne connaissais cette forme anglais-kréol, si t'en as d'autres comme ça n'héSite pas !

A+

Revenir en haut
calysta777
Membre
Membre


Inscrit le: 05 Mar 2002
Messages: 219

  Posté le: 05 Mar 2002 15:43    Sujet du message: A propos des Contes Créoles!

j apprend le creole en lisant des contes car je nai pa d autres livres ecrit en creole .et c tres mignon.
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Accueil -> Forum -> Langue locale: A propos des Contes Créoles! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Liens relatifs sur Volcréole
Sujet Auteur Forum Réponses Posté le
Spécialités créoles en région parisienne na+ Gastronomie: 24 06 Mai 2002 20:44 Voir le dernier message
Questions a propos du zouk Nanou1973 Discussion générale: 4 23 Sep 2002 16:24 Voir le dernier message
question a propos du placenta vegetal ketty Beauté - Mode - Santé 1 03 Mar 2003 23:46 Voir le dernier message
Petite question à propos du cannabis ... Timale Discussion générale: 44 26 Oct 2002 03:44 Voir le dernier message
les berceuses creoles!!! ketty Petites annonces: 0 05 Juin 2002 11:47 Voir le dernier message
HELP ! Cherche contes et poésies antillais Amarine Discussion générale: 7 20 Oct 2002 18:59 Voir le dernier message
des propos de volcréoliens détournés!!!!!!!! triniti Coup de gueule: 13 13 Jan 2003 18:25 Voir le dernier message
contes et légendes du dj... DJ SparK Coup de gueule: 14 10 Fév 2003 19:07 Voir le dernier message
À propos du créole ! Timale Langue locale: 18 05 Mai 2002 22:14 Voir le dernier message
A propos du CHAT !!!!! ti-zandolila À propos des forums de Volcréole: 4 07 Mai 2002 13:12 Voir le dernier message

Tags
Copyright © 2001-2019 Volcreole.com



Charte | Contacts | Actualités | Accueil | Connexion | S'enregistrer | FAQ | Rechercher | Tags | Membres | Pseudos | Sujets | All | Forum | volcreole.com | Newbuzz.fr